Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Entreprises : que de mauvaises nouvelles

La rédaction
visites
676

La saison des rapports trimestriels a débuté et il semble bien que, mis à part le secteur de la Défense aux Etats-Unis, la situation se soit aggravée partout ailleurs au cours du troisième trimestre. En voici quelques exemples :

  • Microprocesseurs, ordinateurs, télécoms : Intel, le géant de la branche, a déclaré qu’il n’espère plus une reprise à court terme dans le secteur et que, cette année, les ventes de Noël seront décevantes. Intel va une fois de plus sabrer ses investissements dans l’équipement. Son concurrent AMD a doublé ses pertes au troisième trimestre. Le cours de l’action Motorola est à son plus bas niveau depuis dix ans, après que le producteur de microprocesseurs et de téléphones mobiles ait annoncé une baisse de son chiffre d’affaires pour le huitième trimestre consécutif. Chez IBM, les bénéfices affichent un recul de 18%. Sun Microsystems va supprimer 4400 emplois supplémentaires, soit 11% de ses effectifs. Les ventes d’Apple Computer ont encore chuté de 14%. Nortel, le deuxième fournisseur nord-américain d’équipement téléphonique, fait état d’une onzième perte trimestrielle consécutive, due à une chute de 36% de son chiffre d’affaires. La société a annoncé le licenciement de 7000 employés.
  • Compagnies aériennes : AMR (société mère d’American Airlines), dont les pertes trimestrielles ont doublé pour atteindre désormais 924 millions de dollars, va devoir procéder à de nouveaux licenciements et maintenir au sol un plus grand nombre d’avions. Delta Airlines a annoncé qu’en raison de pertes, il allait aussi bloquer d’autres appareils au sol, différer jusqu’en 2005 ses commandes de nouveaux avions et licencier au moins 8000 employés. United Airlines se trouve embarqué dans d’âpres négociations avec les banques et les syndicats pour tenter d’éviter la faillite. Boeing rapporte une chute de 43% de ses profits trimestriels, sa production d’avions civils ayant reculé presque de moitié par rapport à l’année dernière.
  • Energie : le holding énergétique texan TXU doit réduire ses dividendes de 80%, suite aux difficultés qu’il a rencontrées pour honorer le service de sa dette qui s’élève à 20 milliards de dollars. Une assemblée d’actionnaires a porté plainte contre le groupe pour avoir artificiellement gonflé le cours de l’action juste avant qu’il ne s’effondre. Allegheny Energy s’est déclaré en défaut de paiement tandis que Dynegy Inc. annonçait l’arrêt complet de tout commerce d’énergie aux Etats-Unis, au Canada et en Europe, et a congédié son PDG.
  • Banques : J.P. Morgan Chase a enregistré une baisse de 91% de ses bénéfices à cause de défauts de paiement, une perte de 256 millions de dollars dans sa division banque d’investissement et une chute de 18% par rapport à l’année précédente dans ses rémunérations et commissions de garantie. La situation est semblable chez Crédit Suisse-First Boston. FleetBoston Financial a déclaré un recul de 24% de son revenu net dû à des pertes en Argentine. Standard & Poor’s a rétrogradé la notation des obligations de Merrill Lynch et Morgan Stanley.

Les seules « bonnes nouvelles » viennent d’IBM, où les pertes auraient été moins graves que prévu, et de Microsoft, qui a déclaré une augmentation de 26% de son chiffre d’affaires trimestriel. Cependant, selon son directeur général Balmers, cette embellie n’est qu’un événement ponctuel dans un climat général de déprime.

Pour ce qui est de l’ensemble de l’économie, les ventes de détail et la production industrielle ont chuté en septembre, tandis que la confiance des consommateurs, selon l’université du Michigan, a atteint un plancher sans précédent depuis neuf ans.

Contactez-nous !