Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Essor rapide de la coopération inter-asiatique

La rédaction
visites
813
commentaire

Le huitième sommet des dix nations de l’ASEAN à Phnom Penh (Cambodge) donne l’occasion de discuter d’un niveau bien plus élevé de coopération économique et stratégique régionale. La conférence, qui se déroule du 1er au 5 novembre, réunit, outre l’ASEAN, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et l’Inde. Le premier sommet de coopération économique de la sous-région du grand Mékong s’y tiendra aussi.

Le Premier ministre chinois, Zhu Rongji, est arrivé à Phnom Penh le 1er novembre pour trois jours, afin de signer de nombreux accords économiques clés avec le Cambodge. Bien qu’étant l’un des pays les plus pauvres du sud-est asiatique, le Cambodge se trouve cependant au centre de réseaux de transports routiers et ferroviaires, qui transformeront la région quand elle sera développée. Zhu a signé un accord prévoyant un prêt de 12,5 millions de dollars à taux zéro pour le Cambodge, annonçant en outre que la Chine allait effacer la dette cambodgienne actuelle quand elle arriverait à échéance et qu’elle en ferait peut-être de même pour la dette des autres pays asiatiques pauvres.

Au sommet du Mékong, le 3 novembre, les six nations riveraines-Chine, Myanmar, Laos, Thaïlande, Cambodge et Vietnam - ont signé un accord pour un système régional de distribution d’électricité, afin de développer l’énorme potentiel hydro-électrique de cette région. En outre, des mesures sont prises pour rendre le fleuve navigable, ce qui est vital pour la politique de développement de l’ouest chinois, cette région intérieure étant restée économiquement arriérée en raison d’un terrain extrêmement accidenté. La Chine a déjà investi pour 5 millions de dollars dans l’amélioration des voies navigables du cours supérieur du Mékong. Les accords globaux comprennent aussi la construction de l’autoroute Kunming-Bangkok entre la Chine et la Thaïlande, et, éventuellement, la construction de la voie ferrée pan-asiatique Kunming-Singapour. Ceci apportera un grand changement économique à la région, étant donné que le Laos et le Cambodge n’ont pour le moment aucune voie ferrée en service et que le nord du Myanmar n’a pratiquement aucune voie de communication.

En outre, la Chine et l’ASEAN ont signé le 4 novembre un accord-cadre de coopération économique globale, qui lancera officiellement le processus de création d’une zone de libre-échange ASEAN-Chine (ACFTA) d’ici dix ans. Cette entité commerciale sera la plus importante du monde, avec un marché combiné de 1,7 milliard de consommateurs, un PIB de 2000 milliards de dollars et un commerce rapportant 1230 milliards de dollars.

Toujours le 4 novembre, les Premiers ministres chinois, japonais et sud-coréen ont tenu des discussions à Phnom Penh, en vue d’une coopération accrue.

Du côté stratégique, la Chine et l’ASEAN sont parvenues à un accord sur les îles Spratly, en mer de Chine, ce qui permettra d’améliorer la sécurité régionale.

Autre aspect intéressant, la presse chinoise a rapporté le 4 novembre que la monnaie du pays, le renminbi, était « tranquillement » acceptée comme « monnaie forte » dans la région, et notamment en Russie. En Malaisie, au Vietnam et à Singapour, le renminbi peut être utilisé comme monnaie convertible - bien que les contrôles de change restent en place. Ce phénomène renforce le commerce régional et fournit une alternative au dollar et au yen qui sont particulièrement vulnérables.

Contactez-nous !

Don rapide