Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Et si on destituait Obama ?

La rédaction
visites
742

26 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) — Il ne reste que quelques Européens pour s’obstiner à croire que Barack Obama reste un modèle d’humanisme et de courage. Le citoyen américain lambda, surtout ceux qui se sont fait berner par l’apparence de ce beau gosse, n’en peuvent plus.

Le New York Times magazine publiait hier une entrevue avec le célèbre professeur Cornel West, un fervent partisan d’Obama lors de la campagne présidentielle, sous le titre Cornel West sabre le Président :

NYT : Vous avez trente secondes d’entretien privé avec le Président, qu’est-ce que vous lui dite ?

C.W. : Je lui dirai : « Regardez le buste de Martin Luther King qui se dresse dans le bureau ovale et voyez les larmes qui coulent lorsque vous laissez Geithner et d’autres s’occuper de votre politique économique, lorsque vous refusez de vous tourner vers les pauvres et les travailleurs, ou lorsque vous larguer des bombes avec des drones téléguidés sur des civiles innocents. Tim Geithner ne représente pas l’héritage de Martin Luther King. »

NYT : Comment voulez-vous que le président Obama soit celui que vous lui demandez d’être lorsqu’il doit affronter le Congrès Républicain ?

C.W. : Je le dirai de cette manière, mon frère. Tu dois être un thermostat plutôt qu’un thermomètre. Un thermostat définit l’opinion, un thermomètre ne fait que la refléter. Si tu ne fais que la refléter et te contente de contrôler les urnes, tu ne seras jamais un président transformateur. Lincoln était un thermostat, Johnson et Franklin D. Roosevelt également.

Autre exemple, cette tribune rédigée par Sherwood Ross, journaliste à Miami, appelant à la destitution d’Obama :

« Il est temps de destituer le Président Obama et de presser les candidats pour la paix de se présenter pour les prochaines primaires. Le Président Obama n’a rien d’un démocrate au sens traditionnel du terme.

Non seulement il a échoué a stopper l’hémorragie du chômage et à répondre aux besoins de reconversion, comme l’aurait fait un véritable démocrate, mais il a été un partisan actif du renflouement des banquiers et a manifesté sa volonté de se compromettre sur les retraites (Social Security) et l’aide médicale (Medicare), des systèmes publics couronnés de succès et qui sont vitaux pour une grande majorité des personnes âgées, des malades et des infirmes.

M. Obama a également échoué à tendre la main aux travailleurs pauvres, particulièrement aux hispaniques, aux afro-américain et aux populations rurales. De nouveau, comme à l’époque de Roosevelt, un tiers de la nation est mal logé et dans le même temps le chômage réel s’approche davantage des 20% que des 10%, et les jeunes diplômés n’ont pas de débouchées.

Et pire que tout ce qu’a fait ou n’a pas fait Obama aux États-Unis, il a mené des guerres illégales en Asie et en Afrique , héritées pour partie des criminels précédents qui occupaient le bureau ovale et auxquelles il aurait dû rapidement mettre un terme.

Il a étendu de son propre chef la guerre au Pakistan et en a déclenché de nouvelles en Lybie, au Soudan et au Yémen. Ces guerres ont été lancées malgré une opposition toujours plus importante des américains, qui réclament au Congrès et dans les sondages le retour de nos troupes des zones de conflit lointaines.

M. Obama s’est également attribué des pouvoirs monarchiques pour détruire des êtres humains sur de simple suspicions et a conduit des centaines d’innocents, y compris des enfants, vers la mort avec des attaques de drones.

Il a maintenu la plupart des camps d’emprisonnement crées par son prédécesseur assassin, George W. Bush, où des êtres humains ont été torturés et assassinés et se sont vu refusé toute procédure de justice, où des hommes kidnappés souffrent années après années dans les limbes grises de ses prisons et où, de plus en plus, même des enfants sont torturés et violés.

Il maintient ouvert Guantanamo malgré ses promesses et nie à ses prisonniers toute possibilité de recours à un avocat et à un juste procès.

S’il est ce que la faculté de droit d’Harvard produit de meilleurs, alors elle doit être fermée. Un avocat constitutionnaliste qui se conduit de la sorte doit être rayé du barreau ; un Président qui se conduit de la sorte doit être destitué et jugé ».

Contactez-nous !