Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Et vous, Messieurs de la Fed, où est votre transparence ?

La rédaction
visites
1508
commentaires

19 novembre 2008 (LPAC) — Suite à l’éclatement de la prétendue « bulle immobilière » en 2007, le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson et le chef de la Réserve fédérale (Fed), Ben Bernanke, n’ont cessé d’inventer de nouveaux moyens pour fournir des liquidités aux institutions financières, via des instruments spéciaux.

Il existe actuellement pas moins de onze facilités de ce genre, dont huit ont été créées ces quinze derniers mois. La quantité de prêts accordés dépasse désormais la barre des 2000 milliards de dollars, soit plus du double du montant au 14 septembre, lorsque la Fed a commencé à accepter, en nantissement, des titres de qualité de plus en plus douteuse.

Aujourd’hui, sous prétexte de ne pas vouloir répandre une panique capable de provoquer un krach bancaire, la Fed refuse carrément de divulguer l’identité de ceux qui ont bénéficié de ces largesses, et à quelle hauteur.

Le 10 novembre, Bloomberg News évoquait ses propres efforts pour obtenir cette information : l’agence de presse a déposé une plainte dans le cadre de la Loi sur la liberté de l’Information (FOIA), tout en intentant une action au niveau fédéral, afin de forcer le gouvernement à révéler quelles institutions ont emprunté des fonds et quels titres la Réserve fédérale a acceptés en retour.

Le Congrès a également tenté d’obtenir ces informations. La sous-commission sur la politique intérieure a convoqué Neel Kashkari, le patron des plans de sauvetage nommé par Paulson et ancien collègue de Goldman Sachs, à une audition le 14 novembre. Les dirigeants démocrate et républicain de cette sous-commission, Dennis Kuchinich et Darrell Issa, ont envoyé une lettre au secrétaire au Trésor lui signifiant qu’il était « impératif » qu’il informe le Congrès sur l’utilisation des fonds. Mais les réponses de Kashkari restèrent vagues et non concluantes.

Un bon exemple de la futilité des tentatives de sauver un système déjà mort est fourni par le géant de l’assurance AIG, qui vient de bénéficier de son troisième renflouement.

En septembre, la Réserve fédérale (Fed) lui avait prêté une première tranche de 85 milliards de dollars, « nantie » par les actifs de la société. Trois semaines plus tard, début octobre, la Fed lui en accorda 38 de plus. Puis, le 10 novembre, le département du Trésor et la Réserve fédérale annoncèrent une nouvelle augmentation des fonds mis à la disposition d’AIG (27 milliards de plus, soit 150 milliards de dollars en tout), sous forme de la vente d’action privilégiées au TARP (le plan de secours aux actifs en difficulté). En outre, le loyer sur les prêts existants de la Fed sera réduit de 8,5% à 3% et leur échéance prolongée à trois ans.

Jusque-là, la Fed affirmait n’accepter que des nantissements de qualité pour les prêts aux institutions financières en difficulté, mais il arrive souvent que des titres bien cotés s’avèrent sans valeur. Le Comité d’action politique de LaRouche (LPAC) a demandé une enquête sur ces questions pour assurer la transparence.

Lyndon LaRouche a récemment invoqué l’action exemplaire de Franklin Rooseveltdevant un problème similaire. Les auditions de la commission Pecora visant à faire la lumière sur la corruption systémique du système financier s’avéra un moyen efficace de mobiliser du soutien pour une réforme en profondeur, en conformité avec la Constitution américaine.

Pour creuser le sujet : focus

Voir les 2 commentaires

  • Senec • 20/11/2008 - 11:09

    Il ne me semble pas acceptable que toutes ces malversations restent impunies.
    Je trouve que les réactions que l’on peut trouver dans la presse sont notoirement insuffisantes en regard des torts causés volontairement.
    Les responsables des banques qui ont accepté la réalisation de ces malversations ne peuvent pas décemment s’en tirer ainsi !
    Où se cache la Justice ?

    • abcd • 21/11/2008 - 22:29

      Bonjour à tous.
      La prise de conscience par le public du phénomène "banque privée" et son mécanisme d’accumulation au détriment du public semble s’opérer. Moi même précédemment fermé au domaine de la finance, j’ai été litéralement éclairé par la découverte de ce phénomène (film Bankster de M Grignon depuis septembre puis tous les articles internet depuis, et la compréhension que cela m’apporte aujourd’hui). Donc question : quand cette prise de conscience sera-elle suffisemment répandue ? Quand la quantité de gens "conscients" sera t’elle suffisante pour que les bons mots et les bonnes phrases puissent percer dans les médias traditionnels ? Comment pourrait-on mesurer ce niveau de prise de conscience, quelqu’un en a t’il une idée ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide