Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Etats-Unis : Des agents provocateurs britanniques derrière l’agitation des milices

La rédaction
visites
2128
commentaire

31 mars 2010 (Nouvelle Solidarité) – Dans un contexte de tensions vives aux Etats-Unis, le Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC) et le magazine EIR dénoncent la main britannique derrière les menées extrémistes qui font peser d’énormes risques sur la vie du Président Obama et la stabilité du pays. Parmi les provocateurs déguisés en patriotes, dont l’attitude est renforcée par la politique suicidaire de la Maison Blanche (austérité corporatiste sur la santé, renflouement de Wall Street), l’ex-milicien Mike Vanderboegh joue à nouveau un rôle très actif en vue d’un soulèvement « sudiste » contre le gouvernement fédéral.

Nous reproduisons ici le dossier publié hier par le LPAC, intitulé « Des agents britanniques pris (à nouveau) en flagrant délit de provocations terroristes contre les Etats-Unis » :

Les provocations dirigées par les Britanniques visent à étouffer la colère croissante du peuple envers Obama et sa réforme mortelle de la santé, par un assassinat éventuel faisant du Président un martyre. Pour eux, Obama est devenu un atout endommagé et donc jetable.

Un agent britannique dénommé Mike Vanderboegh, qui se qualifie lui-même de chef d’une « milice » anti-gouvernementale, a revendiqué dans les médias être l’instigateur de la série d’attaques à la brique contre les permanences démocrates qui a eu lieu après l’adoption de la réforme Obama. Parallèlement, Vanderboegh a appelé à une « marche armée » sur le Potomac, au sud de Washington, à l’occasion du 15e anniversaire de l’attentat d’Oklahoma City, le 19 avril. [*]

S’il prétend en public ne pas souhaiter l’assassinat d’Obama, Vanderboegh s’en prend toutefois virulemment au Président Lincoln, qu’il accuse d’avoir trahi la Constitution et massacré des centaines de milliers d’Américains. Il va même jusqu’à dire que lorsque la guerre civile éclatera à nouveau, eux, les anti-gouvernement, ne referont pas les mêmes erreurs que les confédérés : nous nous assurerons que le gouvernement tire le premier, a-t-il dit.

Genèse d’un agent des « milices » britanniques

La carrière de Vanderboegh a été lancée par l’infâme opérateur britannique Ambrose Evans-Pritchard, aujourd’hui éditorialiste financier du quotidien londonien Daily Telegraph.

En tant que directeur du bureau du Telegraph à Washington dans les années 1990, Evans Pritchard a tissé un réseau de groupes paramilitaires en lien avec les services de renseignement britannique et des éléments corrompus de l’armée américaine. En compagnie d’un autre agent d’Evans-Pritchard nommé Jon Roland, Mike Vanderboegh s’est retrouvé sous-chef du gang britannique contrôlant les populistes aveugles formant les rangs des « milices ». Pritchard et d’autres manipulateurs britanniques les ont ensuite qualifiés de mouvement dirigé contre Bill Clinton, le Président d’alors.

Dans son livre de 1997 sur La vie secrète de Bill Clinton , Evans-Pritchard explique comment il a lui-même promu Vanderboegh sur la scène publique, un de ses fidèles partisans dans la période qui a précédé l’attentat d’Oklahoma City. Evans-Pritchard a activé Vanderboegh dans le cadre de l’opération visant à contrôler la perception de l’opinion sur les activités criminelles britanniques menées sous couverture des milices, et empêcher ainsi qu’elles soient exposées.

Dans son livre, Evans-Pritchard écrit qu’avec « l’abdication de la grande presse, les Américains ont dû se tourner vers d’autres médias pour trouver une perspective plus instructive [sur ce qui était derrière l’attentat de 1995 – nda], et notamment le John Doe Times . C’est un cyber-journal publié par un gérant de Birmingham dans l’Alabama, Mike Vanderboegh, qui se consacre à faire l’exposé des preuves d’une conspiration bien plus vaste. »

Si Evans-Pritchard précise bien que Vanderboegh était un milicien, il ne dit pas que c’était au sein des « milices constitutionnelles » créées en 1994 par Jon Roland et la bande à Pritchard. Il explique que Vanderboegh a été lié à l’enquête sur l’attentat fin 1995, lors d’une « réunion cordiale » avec un agent fédéral. « La milice de Vanderboegh a fait une faveur aux fédéraux en les aidant à résoudre une affaire de vol sur une base militaire », écrit-il.

Vanderboegh a lancé son John Doe Times , après lecture d’un article d’Evans-Pritchard et après avoir pris contact avec des connaissances du journaliste britannique. Tous les numéros du John Doe Times (1996-1997) sont accessibles sur le site de Jon Roland. 

Une « marche armée » sur Washington

Le 19 avril prochain, pour le 15e anniversaire de cet attentat ayant tué 168 personnes, divers groupes, conscients ou leurrés, ont prévu de se rassembler avec leurs armes automatiques au Parc national de Fort Hunt, au sud de Washington, sur invitation de Mike Vanderboegh et de ses collaborateurs. Ils gagneront ensuite Gravelly Point, à quelques encablures du Congrès et de la Maison Blanche, afin de provoquer une réaction des fédéraux.

Sur son site internet – Sipsey street Irregulars –, où il enseigne à ses lecteurs comment se préparer à une inévitable guerre civile, Vanderboegh a mis en ligne un article de son « vieux compère Ambrose Evans-Pritchard » poussant de manière propagandesque à un conflit entre les Etats-Unis et la Chine.

Cette marche armée sur le Potomac évoque directement les actes criminels perpétrés par la bande à Pritchard quelques jours avant l’attentat d’Oklahoma City. Jon Roland transmit à de nombreux miliciens un rapport rédigé par Lord Rees-Mogg du London Times , expliquant que l’administration Clinton allait lancer une vague de répression contre les milices en utilisant un attentat terroriste qu’elle leur attribuerait. Il les poussa ainsi à participer à la marche de Cuero au Texas, le 25 mars 1995, dans le but de tester la réaction des autorités fédérales et voir s’ils seraient arrêtés ou tués.

Par la suite, lors d’une conversation téléphonique, Roland nous confirma qu’Evans-Pritchard l’avait personnellement « mis en contact avec des agents de renseignement du monde entier », et que ceux-ci avaient installé au Texas et dans le Midwest divers agents en charge des milices. L’un d’entre eux, Brad Glover, qui revendique une appartenance passée au service de renseignement de l’US Navy, a été accusé et arrêté en juillet 1997 pour sa participation à un complot terroriste contre une base militaire.

Jon Roland, grand défenseur d’un « fédéralisme mondial », participe désormais au blog de Vanderboegh – ancien maoïste – où ils annoncent ensemble la fin des Etats-Unis d’Amérique pour le compte de leur « vieux compère » Pritchard.

Le rôle joué par leur manager britannique n’est pas dû au hasard mais à une tradition familiale. Son père, feu Sir Edward Evan Evans-Pritchard, anthropologue à l’Université d’Oxford, réalisa tout un travail de profilage sur l’irrationalisme des religions africaines et leur vulnérabilité au contrôle impérial britannique, puis géra des contingents de soldats africains pour le compte du MI6, le service de renseignement extérieur de la Grande-Bretagne.


Lire aussi :


[*Note de la rédaction : le 19 avril 1995, un attentat à la bombe perpétré par des miliciens contre un bâtiment fédéral à Oklahoma City, dans le sud des Etats-Unis, avait fait 168 morts et 680 blessés. La date du 19 avril avait été choisie en référence au fameux « Siège de Waco » où deux années auparavant, 82 membres de la secte des Davidiens avaient été tués lors d’un double assaut des autorités fédérales américaines.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide