Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Europe : l’étau biométrique se resserre autour de l’immigration

La rédaction
visites
1169

Le 17 février 2008 (Nouvelle Solidarité) — Franco Frattini, Commissaire européen à la justice, liberté et à la sécurité, a proposé les 25 et 26 janvier en Slovénie aux ministres européens de l’Intérieur la mise en place d’Eurosur, la systématisation de fichiers électroniques à bases d’identifiant biométriques et la surveillance renforcée des frontières européennes par l’armée et la police.

300 millions de personnes pénètrent chaque année dans l’Europe de Schengen, qui compte actuellement 22 Etats, dont 8 millions restent sur le territoire. Parmi ceux-ci la moitié est devenue illégale et/ou clandestine. Avec l’aide de la cellule FRONTEX installée à Varsovie, le projet de surveillance Eurosur pourrait, selon le bulletin d’information du 19 mai 2007 de l’Acoram (Association des Officiers de Réserve de la Marine française) être mis en place aux frontières européennes extérieures terrestres et maritimes. C’est à l’occasion de son congrès d’été à RIGA (Lettonie) du 31 juillet au 4 août 2007, que les membres de l’Acoram ont débattu sur « la question de l’intensification du dialogue méditerranéen [...] tant du point de vue de l’Alliance Atlantique que du point de vue complémentaire de l’Union Européenne ».

L’Eurosur, basé sur le partage des informations, assurera la surveillance des frontières par satellites et drones (avions sans pilotes). L’initiative qui sera lancée dès 2012, sera d’abord mis en place pour surveiller les côtes de la Méditerranée et de la Mer Noire, où des milliers de clandestins, fuyant les conditions politiques et économiques déplorables de leur pays, tentent de gagner l’EU au péril de leur vie. « L’idée de faire de chaque migrant un criminel potentiel, c’est très dangereux » dénonce Meryem Marzouki, présidente de European Digital Rights qui représente 28 organisations de défense des droits civils et de la vie privée.

Le projet Eurosur propose un contrôle des passages aux frontières à l’aide d’un visa à identifiants biométriques (photos digitalisées et empreintes digitales) stockées sur une base de données commune. Après sa mise en route en 2009, le système serait totalement opérationnel en 2015. Rapidement le visa serait substitué par une « autorisation européenne et électronique de voyage ».

« Tout en interdisant l’accès des criminels au territoire européen, les citoyens honnêtes doivent pouvoir circuler librement » précise Franco Frattini. Parmi les citoyens « honnêtes », les « hommes d’affaires » pourraient bénéficier de procédures accélérées et automatisées de contrôles aux frontières. Des systèmes, expérimentés dans quatre aéroports (Paris-Charles de Gaulle, Londres-Heathtrow...) sont déjà équipés de scanners de l’iris de l’œil. « En cinq minutes, vos données sont collectées, et les portes s’ouvrent » s’enorgueillit le commissaire.

Selon Constant Brand de Associated Press, « le plan de M. Frattini s’ajoute à une proposition séparée visant à collecter des données détaillées concernant les passagers arrivant par avion dans l’UE. Le système envisagé, similaire à un dispositif adopté par les Etats-Unis, permettrait la collecte et la conservation durant 13 ans de 19 éléments d’informations sensibles sur ces visiteurs, dont leurs adresses électroniques, numéros de téléphone et détails de leur billets d’avions ».

A savoir que la France qui prendra la succession de la Slovénie, le 1er juillet, à la tête de la Commission, est favorable à ce projet.

* Voir nos articles précédants

Contactez-nous !