www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Exemple à suivre : La Hongrie rembarre le FMI !

La rédaction
2344 visites | 11 commentaires

23 juillet 2010 (Nouvelle Solidarité) – Nous sommes en 18 après Maastricht ; Toute l’Europe est soumise à l’Empire financier... Toute ? Non ! Car un pays peuplé d’irréductibles hongrois résiste toujours et encore à l’envahisseur.

Gyorgy Matolcsy, ministre des Finances, a rejeté dimanche les exigences de l’UE et du FMI pour de nouvelles coupes budgétaires. Rappelons que l’institution dirigée par M. Strauss-Khan exige de nouvelles mesures d’austérité pour que la Hongrie, dont le déficit devrait atteindre 3.8 % du PIB cette année, passe aux 3% prévus par le Traité de Maastricht, et ce, alors que parmi les grands pays membres il n’y plus que l’Allemagne dont le déficit avoisine les critères du Traité. Gyorgy Matolcsy a réitéré que le nouveau gouvernement du Premier ministre Orban, avait été élu par près des deux tiers de l’électorat, justement parce qu’il avait promis de cesser la politique d’austérité du gouvernement précédent. Il n’obtempérera donc pas aux injonctions supranationales. Le lendemain, Matolcsy réaffirmait sa position dans une interview télévisée et a déclarait que le gouvernement, par une taxe sur les banques, lèverait 650 millions d’euros supplémentaires par an.

Mais au delà de cette taxe, ce qui panique les marchés financiers est la volonté affichée d’interdire les prêts immobiliers et à la consommation accordés en devises aux citoyens hongrois qui paient donc en Forint. Ce serait la fin annoncée du « carry trade » auquel se livrent notamment les banques autrichiennes et suisses, empruntant à bon marché chez eux et prêtant plus cher aux citoyens de pays aux monnaies se dévaluant. Le plan d’action annonce aussi la volonté d’interdire les évictions et les saisies de logements. Les intérêts financiers, ainsi que Paris et Berlin, qui insistent lâchement pour sanctionner plus fortement les Etats ne respectant pas les critères de Maastricht, craignent que l’exemple hongrois fasse tâche d’huile.

Face au refus de Budapest, le FMI a interrompu les négociations et a bloqué la dernière tranche de 5,5 milliards de dollars d’un crédit total de 20 milliards négocié deux ans plus tôt par le gouvernement de l’époque. Le Premier ministre Viktor Orban a réagi en déclarant que la Hongrie s’en sortirait même sans ce crédit. Et du fait que le Gouvernement contrôle deux-tiers des sièges au Parlement, il est sûr que sa mesure de taxation des banques sera approuvée.

Révélateur de l’état d’esprit qui règne dans le pays, le discours d’investiture du Premier ministre du 9 juin dernier, dans lequel il a souligné la différence entre une économie-casino et la construction d’une nation. Extraits :

« Tout d’abord, je propose que nous considérions la sinistre et même alarmante tempête qui s’abat sur l’économie mondiale. Nous recevons tous les jours des nouvelles alarmantes du monde entier. La crise, épiphénomène d’un chamboulement bien plus profond, n’est pas terminée. Mais l’heure n’est pas aux lamentations. Ce dont nous avons besoin c’est de penser à la hongroise, de faire preuve d’ingéniosité. Nous devons exploiter ces processus externes dans notre propre intérêt, c’est-à-dire pour le bien des Hongrois et de l’économie hongroise. Les possibilités pour le faire existent.

« Le processus le plus important que nous devons prendre en compte est que l’économie mondiale se dirige dans une nouvelle direction. Il semble que le capitalisme productif a un nouvel avenir et que l’époque du capitalisme spéculatif touche à sa fin. Nous savons tous que la raison principale de la crise économique qui étrangle le monde consiste en la chose suivante : une surévaluation régit le marché mondial. L’argent disponible dans le commerce mondial outrepasse de plusieurs ordres de grandeur le montant de valeurs réelles. Il s’en suit que toutes les valeurs réelles dans les livres de compte et les bilans sont surévaluées. Des bulles se forment, entraînant l’économie dans des crises successives. Hélas, ces crises ne s’arrêtent pas à la frontière hongroise.

« Mesdames et Messieurs, la Hongrie ne peut réussir dans ce monde moderne en transformation rapide, qu’à condition de nous tourner vers le capitalisme productif et d’utiliser à notre avantage le processus global. Je veux dire par là que nous devons de manière croissante, et avec grande détermination, refouler la spéculation et nous orienter vers le capitalisme productif. Pour bien me faire comprendre, je n’ai pas besoin d’aller dans les détails : le capitalisme productif est lié au travail et alors que le capitalisme spéculatif à lié à la spéculation.

« Mesdames et Messieurs, le point clé est que nous pouvons opérer une telle différentiation. Je propose que lors de la mise en place de ce nouveau système économique, nous désignions comme spéculatives toutes les activités par lesquelles quelqu’un gagne de l’argent en faisant du mal à autrui. Et lorsque quelqu’un gagne de l’argent en créant une réelle valeur qui profite aux autres et à la société toute entière, alors cela peut être défini comme du travail.

« Mesdames et Messieurs, je suis convaincu que ce n’est qu’avec ce type de capitalisme productif que nous pourrons créer dans les dix prochaines années 1 million de nouveaux emplois en Hongrie. La capitalisme spéculatif est dégradant car il nuit aux entreprises et aux emplois en Hongrie et dans le monde entier. C’est pourquoi le nouveau système économique en Hongrie doit se fonder sur la production, c’est-à-dire le travail, en lieu et place de la spéculation. Et toutes les mesures et dispositions légales que nous déciderons doivent suivre ces principes »

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
L’Europe avorte, rejoignons les BRICS Cheminade sur l’Ukraine : la paix par la détente, l’entente et la coopération Sortons de l’OTAN, l’UE et l’euro ! Rejoignons les BRICS ! Mobilisation pour couper les banques en deux
Pour aller plus loin
Plus d'articles

Voir les 11 commentaires

Vos commentaires

  • Le 25 juillet 2010 à 18:18
    par petite souris

    La Hongrie rembarre le FMI c’est une bonne chose.

    Cependant je n’oublie pas avoir constaté en allant en Transylvanie, aujourd’hui région de la Roumanie, que dans cette région tout le monde parle le hongrois, que dans sa capitale culturelle Mercuria Ciuc, l’université est entièrement financée par la Hongrie, et qu’il y a des rassemblements de nationalistes hongrois avec chants patriotiques, etc..., à part un petit territoire près de la frontière ukrainienne où l’on parle allemand ! et que les fonds européens ont servi en partie à la construction et à la rénovation des églises ortodoxes riches et puissantes, pratiquement religion d’état, mais ce sont les prêtres catholiques qui s’occupent des orphelins dans les campagnes...

    Alors que cet exemple hongrois soit une bonne chose pour l’europe s’il fait tache d’huile mais pas pour ce qui est du nationalisme hongrois transfrontalier.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet 2010 à 01:27
    par selene

    Si ce président n’était pas, pour le moins poujadiste ( il gouverne avec "l’union des petits propriétaires"), si ce n’est d’une droite très poussée, je serais très interéssèe par cette expérience.

    Mais certains souvenirs encore brûlants nous rappellent combien un certain Adolf était populaire en Allemagne en 1933.

    Épopée à surveiller de près en tous cas.

    • Le 25 juillet 2010 à 14:18
      par Bertrand Buisson

      Certes, mais il ne s’agit d’être "fan de". Un gouvernement qui défend son peuple sur des bases positives contre la tyrannie financière à une époque où tout le monde se soumet avec les conséquences que l’on sait, et bien cela mérite d’être su.

      Méfions nous du cercle de raison qui définit la défense du peuple comme du populisme.

    • Le 25 juillet 2010 à 14:34
      par bcb

      Comme disait Socrate et Machiavel après lui, un tyran, s’il veut durer, doit agir dans le sens de l’intêret général, sinon il ne durera pas. Méfions nous de nos aprioris, Tony Blair le "social-démocrate" est un plus féroce oligarche que certains tyrans.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2010 à 21:33
    par petite souris

    « Les intérêts financiers, ainsi que Paris et Berlin, qui insistent lâchement pour sanctionner plus fortement les Etats ne respectant pas les critères de Maastricht, craignent que l’exemple hongrois fasse tâche d’huile. »

    Sarko devrait bien s’inspirer de ce qu’il se fait en Hongrie.

    Bon sang ne saurait mentir !!!!

    • Le 24 juillet 2010 à 12:40
      par Manu

      Sarko est incapable d’appréhender l’idée même d’économie productive. Il appartient à cette caste de nuisibles-parasites qu’il faut éradiquer pour sauver l’humanité.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2010 à 20:54
    par pIC ET pUCE

    Alors là, je dis bravo ! Quel courage ! Quelle lucidité ! Quel bon sens face au peuple hongrois qui peut ainsi retrousser ses manches ! Par contre quelle honte à notre Hongrois national qui est la taupe des spéculateurs anglo-saxons pour siphonner le fruit du travail de 450 millions d’Européens dont 65 millions de Français.Ce serait effectivement bon que cet exemple fasse tache d’huile et fasse trembler la noblesse financière mondiale qui est assise sur les peuples comme l’étaient la noblesse, le clergé et l’armée sur le tiers-état....C’est précisément ce qu’ils aimeraient péréniser à l’échelle de la planète...

    • Le 23 juillet 2010 à 22:24
      par Leratleurre

      Et vlan !!! un coup de pied dans les tibias à ces reptiliens de malheur...
      Pourvu que cela fasse tache d’huile.

    • Le 23 juillet 2010 à 23:06
      par pic

      je "plusse" ce commentaire..

    • Le 24 juillet 2010 à 12:27
      par JJB

      Prémices d’une salutaire prise de conscience induisant les premières actions ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2010 à 23:13
    par luc

    Croisons les doigts pour que la Hongrie réussisse et pour que la tache d’huile s’étende à toute l’Europe !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet