Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Face à la chute du dollar, les industriels appellent au secours

La rédaction
visites
1312

Le 12 décembre, 2007 (Nouvelle Solidarité) - Depuis quelques jours, un vent de panique se répand parmi les industriels concernant la chute inquiétante du dollar responsable de la montée du cours de l’euro. Sur Europe 1, Louis Gallois, le président d’EADS, la maison mère d’Airbus a affirmé que « Tout le monde doit être conscient du fait qu’une partie de l’industrie aéronautique et spatiale européenne est menacée par l’évolution du dollar. C’est un problème qui a une dimension politique ».

Gallois se rend devant l’évidence qu’à l’intérieur du système financier actuel, des pans entiers de l’activité seront condamnés à la délocalisation dans la « zone dollar ». « Nous allons être obligés de faire fabriquer des pièces d’avion, des portes, des éléments de fuselage, des éléments d’aile, à l’extérieur de l’Europe. »

Un des sous-traitants les plus importants d’Airbus, Latécoère « commence à s’installer au Maroc, en Tunisie, au Brésil ». Si le contrat d’Airbus se confirme pour la construction de 180 avions ravitailleurs avec l’armée américaine, Airbus envisage de les assembler aux Etats-Unis.

Charles Edelstein, président de Dassault Aviation, affirme également que les délocalisations sont au menu « dans des zones dollar ou à bas coût, comme cela a été fait dans l’automobile ».

Face au danger, les industriels de la haute technologie en appellent aux politiques de remettre de l’ordre dans les finances mondiales. Gallois a dit : « J’aimerais bien une nouvelle réunion du G7 » consacrée à la parité euro-dollar. Denis Ranque, le président de l’électronicien de défense Thalès, pour sa part, affirme que « c’est aussi le rôle des gouvernements de se pencher sur les conséquences de la politique monétaire ».

Après des années d’aveuglement, ces industriels découvrent soudainement que le volontarisme d’un état pourra peut-être les sauver et sauver l’appareil industriel de la nation.

Bienvenue donc aux ouvriers de la dernière heure ! Et surtout bonne lecture du programme de Jacques Cheminade pour Airbus.

Contactez-nous !