Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Faillite de la Grèce : les banquiers menacent la France et l’Allemagne

La rédaction
visites
7544
commentaires

5 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Le rapport spécial N° 350 de la Banque Natixis du 4 décembre aborde une des questions les plus existentielles à laquelle se trouve confrontée la zone euro : qui payera pour la faillite de ce que les banquiers anglo-saxons appellent avec dédain les « PIGS » (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne) ?

Pour Natixis, pas de doute. Pour les pays riches de la zone euro (France et Allemagne), le prix à payer pour sauver les pays en difficulté sera nettement inférieure à celui à payer en cas d’une explosion de la zone euro qui résulterait de la faillite des PIGS ! En réalité, c’est une fois de plus la même oligarchie financière qui a poussé ces pays dans des opérations à haut risque, qui demande aux contribuables de sauver, non pas les PIGS, mais les cochons qui se sont engraissés sur leur dos !

Le rapport fait d’abord un état des lieux. Selon les chiffres de Natixis, les dettes extérieures de l’Espagne, du Portugal, de la Grèce et de l’Irlande s’élèvent respectivement à 1089, 166, 543 et 182 milliards d’euros. Par rapport à leurs PIB, cela dépasse souvent les 100%.

En pratique, le service de la dette des PIGS représente 172 milliards d’euros par an pour l’Espagne (10,2% du PIB), 16 milliards pour le Portugal (8,8%), 92 milliards pour la Grèce (10,9%) et 167 milliards d’euros pour l’Irlande (9,5%). Par diverse calculs, les économistes de Natixis concluent qu’il faut au moins 331 milliards d’euros annuellement pendant 15 ans pour éviter des défauts de paiement.

Si jusqu’ici, tout débat sur l’abandon de l’euro était de l’ordre du tabou, Natixis, engagé dans une opération de guerre psychologique, proclame que le prix à payer par les pays membres de l’UE pour éviter les faillites des PIGS restera nettement inférieur au prix d’une explosion [incontrôlée] de la zone euro : « Parallèlement, un éclatement de la zone euro serait synonyme de très forte appréciation des devises françaises et allemandes vis-à-vis des devises des PIGS, très probablement aussi de l’ensemble des autres pays de la zone euro et peut-être même entre eux ! Or, la France exporte 13,5% de son PIB vers les autres membres de la zone euro, l’Allemagne 19,8% de son PIB. Ces deux pays exportent donc 740 milliards d’euros annuels vers les autres membres de la zone euro ».

« Laisser les PIGS faire défaut n’aurait donc un intérêt économique pour la France et l’Allemagne que si l’appréciation de leur devise vis-à-vis des autres membres actuels de l’union monétaire reste inférieure à 45%. Or rien n’est moins sûr. Rappelons que l’Espagne est surévaluée de 47%, l’Italie de 93% par rapport au couple franco-allemand ».

Le but de la manœuvre est de forcer la France et l’Allemagne de « faire ce qu’il faut », car l’UE est incapable de faire face à la faillite éventuelle d’un Etat.

Il n’existe formellement aucun « instrument financier pour traiter une crise de financement de l’un des membres » de l’Union monétaire, constate Jean Pisani-Ferry, le directeur du think-tank bruxellois Bruegel. Le traité de Maastricht est en réalité contradictoire à cet égard. D’un côté, il interdit toute procédure de renflouement des dettes d’un Etat (article 104B), de l’autre, il prévoit « en raison d’évènements exceptionnels (…) d’accorder, sous certaines conditions, une assistance financière communautaire » (article 103 A).

Contrairement à Dubaï, la Grèce « cotise » elle-même au FMI. Pourtant tout le monde, y compris Jean-Claude Trichet reconnaît qu’il est de facto exclu qu’un des pays de la zone euro fasse appel à l’assistance monétaire du FMI, aveu d’une faiblesse terrifiante.

D’ailleurs, le gouverneur de la Banque centrale grecque, George Provopoulos, s’est empressé à déclarer qu’il ne demandera pas l’aide du FMI, façon habile de rappeler au monde qu’il en avait le droit. En attendant, dit-il, « si la dégradation de la dette grecque continue, nous allons nous retrouver dans une position terrifiante de ne pouvoir obtenir de liquidités, car la BCE n’acceptera plus nos titres en collatéral ».

Rappelons que la BCE, face à la crainte d’une hyperinflation, vient d’officialiser sa décision d’abandonner graduellement les « politiques monétaires non conventionnelles ».

L’équation intenable résultant de la rencontre entre la nouvelle politique de la BCE et des faillites d’Etat au sein de la zone euro, accélérera la fin du système actuel.

Libérés du corset de l’euro, les pays membres retrouveront la liberté de s’associer avec les grandes puissances émergentes pour bâtir un nouveau système de crédit fondé, non pas sur l’argent, mais sur la création de richesses.


Articles :
De Dubaï à Athènes, de la déroute des banques à la banqueroute des Etats
Le plan LaRouche pour sauver l’économie mondiale


Voir les 4 commentaires

  • Blazun Georges • 23/10/2010 - 13:13

    Bonjour,

    Quelle cette éternelle manie de ne pas vouloir désigner véritable nom du cochon engraissé dans la faillite grecque dans le rapport spécial N° 350 de la Banque Natixis, ancien premier ministre Giorgos Papandreou avant sa mort léguer à sa veuve de vingt ans des milliards en dollars en vendant l’ile Créte aux agences touristiques étrangères

    Il suffit aller voir pendant un séjour en Créte, un véritable camp concentrations des vacances aux mains des agences étrangères et rares hôtels aux mains des crétois très peu rempli maximum vingts chambres ne peuvent pas concurrencer.

    Cordialement Georges BLAZUN

    Répondre à ce message

  • pegase56 • 05/12/2009 - 15:39

    Bjr .. le mur est annonce.. le missile teleguide ne pourra s arreter.. La faillite devar etre le choc necessaire pour eveiller l humanite de l Incompetance des politiciens de tous bords en activites !
    ils sont en immersion dans le systeme qu ils ont cree pour leur biens etres personnels
    seul les PEUPLES reprenant leurs droits suite aux diverses faillites permettrons un avenir nouveau agreable pour les generatiosn futires.
    Il sera obligatoire d’anhiler les acteurs ( les vrais ceux qui se cachent derriere tout le systeme politico/economique ) de ce toute cetet chienlit ..
    Il nosu reste peu de temps pour cela. plus nosu attendrons.. plus forte sera la devastation mais .. confiance en la Vie et dans la sagesse des peuples et leur reveil ce qui donnera alors le retour a la sagesse des anciens
    bonne chance a tous pour ouvrir le bon eoil et discerner et prendre le bon train de al Vie !
    pegase

    Répondre à ce message

  • anne • 26/04/2010 - 11:01

    se pose la question de savoir si les 45 milliards d’euros versés sur douze mois vont suffire. Dans un pays qui doit emprunter 53 milliards d’euros cette année, cela peut permettre de tenir quelque temps. Mais, à moyen et long terme, l’hypothèse du défaut de paiement est désormais évoquée. Alors que le déficit s’est avéré plus élevé que prévu en 2009 (à 13,6 % du PIB) et tandis que les analystes s’inquiètent de l’ampleur de la récession dans le pays, on ne peut plus exclure aujourd’hui le scénario d’un emballement incontrôlable de la dette grecque.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 05/12/2009 - 22:08

    Faillite de la Grèce : les banquiers menacent la France et l’Allemagne

    ...et donc... que faut-il conclure ? quel est ce chantage ?

    Les banquiers nous menacent !!! Pourtant ils sont à notre service puisqu’ils sont payés avec notre argent !

    C’est bien nous qui sommes obligés d’avoir une banque, qui leur confions notre argent.

    C’est donc bien à nous le peuple qu’ils doivent rendre des comptes.

    C’est à nous qu’il revient de leur dire ce qu’ils doivent faire !

    Pas l’inverse !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide