Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Faim dans le monde : « une question secondaire » ?

La rédaction
visites
735
commentaire

La faim dans le monde n’intéresse pas les gouvernements du G-7, c’est ce qu’a clairement démontré le Sommet mondial de la nourriture des Nations unies qui s’est tenu la semaine dernière à Rome. Seuls deux pays développés - l’Italie et l’Espagne - y avaient envoyé leur chef d’Etat. La Grande-Bretagne, elle, n’y était même pas représentée par un ministre mais seulement par un haut fonctionnaire.

Pourtant, 800 millions de gens dans le monde sont des sous-alimentés chroniques. Toutes les quatre secondes, un être humain meurt de faim. Jacques Diouf, directeur général de la Food and Agriculture Organisation (FAO) des Nations unies, a tenté d’obtenir un engagement concret pour la réalisation des mesures déjà convenues au dernier sommet mondial sur l’alimentation de 1996. Au lieu de cela, le G-7 s’est fixé pour « but » de réduire de moitié le nombre d’affamés sur les treize prochaines années ! Lorsque Diouf a appelé le G-7 à accroître son aide au développement, à garantir un moratoire sur la dette aux pays les plus pauvres et à ouvrir leurs marchés aux importations agricoles du secteur en développement, les pays occidentaux ont répondu en accusant la FAO, sous la direction de Diouf, de s’ingérer dans des domaines qui relèvent des « institutions financières internationales ». Le Premier ministre italien Berlusconi a au moins déclaré que la faim était un problème aussi pressant que la lutte contre le terrorisme international.

Contactez-nous !

Don rapide