Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Fidel Castro dénonce le « cynisme génocidaire » des dirigeants occidentaux

La rédaction
visites
1383

19 novembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Les mises en garde de Lyndon LaRouche contre le risque de guerre nucléaire que font courir Obama et les dirigeants occidentaux dans leur fuite en avant contre la Syrie et l’Iran, se retrouvent également dans les paroles de l’ancien chef d’Etat cubain Fidel Castro. Dans son message du 12 novembre intitulé Cynisme génocidaire, Castro livre sa réflexion sur la crise stratégique mondiale et reprend des éléments d’analyse avancés par LaRouche.

Aucune personne sensée, surtout parmi celles qui ont eu accès aux connaissances élémentaires qu’on acquiert à l’école primaire, ne peut accepter que notre espèce, en particulier les enfants, les adolescents et les jeunes, soit privée aujourd’hui, demain et pour toujours, du droit à la vie. Les humains n’ont jamais vécu, tout au long de leur existence hasardeuse comme êtres intelligents, une telle expérience.

Je me sens le devoir de transmettre à ceux qui prendront la peine de lire ces Réflexions l’idée suivante : nous avons tous l’obligation, sans exception, de faire prendre conscience à l’humanité des risques de catastrophe définitive et totale qu’elle court à cause des décisions irresponsables de politiciens aux mains desquels le hasard, plus que les talents ou les mérites, a fait tomber son sort.

Qu’il soit croyant ou sceptique, aucun citoyen sensé d’aucun pays ne peut accepter que ses enfants ou ses proches périssent d’une façon instantanée ou victimes de souffrances et de tortures atroces.

Castro poursuit en montrant que le danger de guerre actuel émane de la crise systémique que le G20 s’est montré incapable de résoudre, et pointe les « crimes répugnants » de l’OTAN en Libye et l’assassinat extrajudiciaire d’un Kadhafi exhibé comme un « trophée de guerre ». Il s’en prend ensuite à la propagande de guerre contre l’Iran où l’AIEA, « une institution spécialisée des Nations Unis censée être au service de la paix mondiale, a divulgué au sujet de l’Iran un rapport politique tarifé et sectaire qui met le monde au bord de la guerre nucléaire ».

L’important, de nos jours, c’est de faire prendre clairement conscience aux peuples de l’abîme où l’on est en train de pousser l’humanité. (...)

Rares sont les personnes dans le monde, hormis quelques penseurs et scientifiques, qui se rendent compte d’un simple fait et lancent un cri d’alerte : il suffirait de l’éclatement de cent ogives nucléaires stratégiques pour mettre fin à l’existence humaine sur notre planète. L’immense majorité de la population connaîtrait un sort aussi inexorable qu’horrible par suite de l’hiver nucléaire qui surviendrait.

Dans sa conclusion, il met en garde contre la véhémence des va-t-en-guerre et cite « Edward Spannaus, rédacteur en chef de la revue étasunienne EIR », le magazine d’analyse stratégique dirigé par Lyndon LaRouche, « qui a déclaré qu’une attaque contre l’Iran déclencherait la troisième guerre mondiale ».

Contactez-nous !