Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Flambée du cours des matières premières

La rédaction
visites
978
commentaire

Le 8 mars, l’indice CRB (Commodity Research Bureau) de Reuters, qui couvre 17 des plus importantes matières premières, a atteint son plus haut niveau en plus de 24 ans. Rien qu’en février, cet indice avait augmenté de 7,1%, soit la plus forte hausse mensuelle depuis 21 ans. Le même jour, le cours du cuivre sur le London Metal Exchange (LME) atteignait son niveau le plus élevé depuis 19 ans, tandis que le prix du pétrole, qui n’était qu’à 10 dollars le baril il y a six ans, franchissait à nouveau le seuil de 55 dollars. Au même moment, les devises des pays riches en matières premières comme l’Australie, le Canada et l’Afrique du Sud ont connu une hausse jamais enregistrée depuis des années. Le cours de l’or a grimpé de 6 dollars, atteignant 440 dollars l’once. Deux jours plus tard, l’ancien Premier ministre australien, Paul Keating, disait qu’il fallait se préparer à un « krach catastrophique » du dollar et à une « explosion de panique ».

Cette flambée du cours des matières premières est une caractéristique essentielle de la désintégration du système financier international, aggravée par les liquidités que les banques centrales injectent dans le système. Elle n’a pu se produire que parce que les ressources en matières premières sont contrôlées par des intérêts financiers privés et que leurs cours sont fixés sur les bourses de produits dérivés. En retour, la flambée des prix des matières premières risque de conduire à une hausse des taux d’intérêt, menaçant par là même les bulles spéculatives sur les marchés obligataires et hypothécaires. Entre-temps, les économies réelles sont dévastées.

Partout dans le monde, l’industrie sidérurgique pâtit de la hausse rapide du prix du minerai de fer, du coke et de la ferraille. Les prix du coke ont quadruplé au cours des deux dernières années, les grands producteurs comme l’Allemagne ayant récemment éliminé la majeure partie de leurs propres capacités parce que les sidérurgistes estimaient pouvoir s’approvisionner à meilleur marché avec du charbon importé. Concernant le minerai de fer, il n’y a pas de véritable pénurie, mais plutôt des goulets d’étranglement dus aux investissements insuffisants dans les voies ferrées, les ports et l’infrastructure du trafic maritime. Les ressources minérales d’Australie, d’Afrique du Sud, d’Amérique latine et de Russie sont énormes et peuvent être exploitées sur plusieurs décennies. Malgré cela, les cours ont augmenté de manière significative durant l’année dernière. Le 23 février, deux producteurs de minerai de fer - le brésilien Companhia Vale DO Rio Doce et le groupe anglo-australien des industries minières Rio Tinto - ont provoqué un choc en annonçant une augmentation de 75 % de leurs prix aux grandes entreprises sidérurgiques japonaises, sud-coréennes et chinoises. Ces accords servent de cadre à tous les contrats de livraisons de minerais dans le monde.

Cette année, les entreprises sidérurgiques seront obligées d’augmenter leurs prix d’environ 50%, entraînant des conséquences prévisibles pour les secteurs de l’automobile et de la machine-outil. L’Association fédérale de l’industrie allemande (BDI) a donc organisé, le 8 mars à Berlin, un sommet de crise sur les matières premières. Des centaines de milliers d’emplois industriels sont en jeu. Le chancelier allemand a assisté personnellement à cet événement, sans avoir toutefois aucune solution convaincante à proposer.

Contactez-nous !

Don rapide