Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Fort rebond » des transactions de produits dérivés

La rédaction
visites
621

Dans le dernier numéro de sa Revue trimestrielle : Le système bancaire international et les développements sur les marchés financiers, la Banque des réglements internationaux (BRI) note une forte augmentation des transactions de dérivés au premier trimestre de cette année.

Les opérations de produits dérivés financiers en Bourse « ont augmenté de 34 % pour atteindre [au premier trimestre] 102 000 milliards de dollars, chiffre le plus élevé depuis le record de 107 000 milliards relevé au troisième trimestre 1998 », c’est-à-dire à l’époque de la cessation de paiements russe et du krach de LTCM. Après un certain ralentissement suite aux turbulences financières de l’automne 1998, les nouvelles statistiques indiquent maintenant « un retour des participants au marché financier à des transactions plus actives ». En particulier, les contrats de dérivés sur des instruments à revenu fixe, comme les contrats à terme sur le rendement d’obligations gouvernementales, montrent « une forte résurgence de l’activité (de 40%, pour atteindre plus de 90 000 milliards de dollars) », qui « s’est étendue à la plupart des zones géographiques ».

Quant au marché de produits dérivés de gré à gré, la BRI ne dispose que de peu de données, ses estimations les plus récentes ne couvrant pas le premier trimestre 2000. Néanmoins, elles indiquent « une accélération de l’activité [de gré à gré] pendant les six derniers mois de 1999. Après ajustements (...), la quantité notionnelle estimée de contrats de gré à gré impayés s’élevait à 88 200 milliards de dollars fin décembre 1999, soit un accroissement de 8% de la somme rapportée pour fin juin 1999. » La BRI n’a pas établi de statistiques sur la quantité de transactions en produits dérivés de gré à gré.

Dans son introduction générale, la BRI affirme : « Les premiers mois de 2000 ont vu une période de volatilité accrue des marchés. Ce sont les Bourses qui ont été les plus volatiles, en particulier celles réalisant des transactions sur les actions technologiques. Cependant, la volatilité s’est aussi étendue aux marchés à revenu fixe et aux grandes devises. »

Contactez-nous !