Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

France-Chine : « Faisons des J.O. un pont, pas un mur ! »

La rédaction
visites
965

19 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) — Plusieurs milliers de jeunes chinois, essentiellement des étudiants et des expatriés, ont manifesté cet après-midi à la place de la République à Paris. Les organisateurs attendaient 10.000 personnes. Il s’agissait de réhabiliter l’image de leur pays, mise à mal depuis les incidents qui ont marqué le passage de la flamme olympique à Paris et l’attitude ambiguë de Nicolas Sarkozy sur un boycott éventuel de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques qui doivent se tenir à Pékin à partir du 8 août.

La manifestation fut organisée par une trentaine d’étudiants, sous l’œil bienveillant de l’ambassade de Chine. Si presque tous les slogans visaient à calmer le jeu et exprimaient le désir d’en finir avec tout choc des civilisations, les organisateurs ne cachaient pas leur volonté de mettre fin à « l’injustice médiatique », afin, disent-ils, de « rétablir la vérité sur le Tibet ». « Après les émeutes de Lhassa, tous les journaux ont adopté une voix unique contre la Chine, sans se soucier de la vérité. C’est ce qui a monté la population française contre nous le 7 avril, lors du passage de la flamme à Paris. »

Il faut noter l’impact énorme provoqué en Chine par la vidéo montrant l’agression, par les militants pro-Tibet, de l’athlète para-olympique Jin Jing, surnommée « l’ange souriante en chaise roulante », survenue à Paris lorsqu’elle portait la flamme olympique le long de la Seine. L’indignation actuelle dans l’opinion chinoise est telle que ce vendredi l’ambassadeur de France à Pékin, Hervé Ladsous, a du condamner cet incident regrettable lors d’une conférence de presse dans la capitale chinoise.

A Paris, les manifestants portaient des petits drapeaux français et chinois et des tee-shirts avec « Soyons olympiques et non politiques », « Faisons des J.O. un pont, pas un mur » et « Une Chine, une famille ». Une autre pancarte disait : « Pour un monde meilleur, arrêtons les préjudices » pour ironiser sur le fameux slogan que désiraient arborer certains athlètes français « Pour un monde meilleur ». D’autres encore avaient des panneaux avec « Bienvenu, Monsieur Sarkozy, à la cérémonie d’ouverture des J.O. ».

Interviewés dans Libération aujourd’hui, les étudiants à l’origine de la manifestation parisienne soulignent toute l’irritation provoquée par la question du Tibet. « Le Tibet faisait, fait et fera toujours partie de la Chine. De quel droit les Français remettent-ils cela en question ? Est-ce que la Chine les somme de libérer la Corse ? »

Et ils demandent : « Nous voulons que le monde porte sur nous un regard nouveau. Les Jeux olympiques peuvent nous donner un coup de pouce. La Chine est en train d’évoluer lentement, de s’ouvrir. Ne nous demandez pas de faire du jour au lendemain ce que l’Occident a accompli en trois cents ans. Ne fermez pas la porte. Donnez-nous du temps. »

Pour creuser le sujet : notre dossier

Contactez-nous !