Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 23 janvier - Radio S&P 23 janvier 2017 - Trump, le défi de la politique internationale Lire Flash : 21 janvier - Pour LaRouche, le Président Trump « n’a pas encore énoncé des principes très clairs... » Lire Flash : 21 janvier - Jacques Cheminade expose son projet éducatif devant le Syndicat général des lycéens (SGL) Lire
AccueilActualité
Brèves

G20 : Sarkozy menace de claquer la porte

La rédaction
visites
3158
commentaires

12 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Selon le quotidien Le Parisien, Nicolas Sarkozy a déclaré que s’il n’obtient aucun résultat concret lors du sommet qui réunira ce week-end, dans la région de Washington, les chefs d’Etat et de gouvernements des pays membres du G20, il n’exclut pas de quitter sommet.

Le journal rapporte qu’à part le blocage total de la part des américains – Obama ayant fait savoir qu’il n’assistera pas aux rencontres – de nombreux pays freinent des quatre fers.

Le Premier ministre canadien, grand adepte du libre-échange à tout va, affirme craindre « un excès de zèle » en matière de régulation et son entourage laissait entendre qu’il faudrait avoir « des attentes modestes par rapport à ce qui sortira » du G20.

Quant au patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, il botte en touche : « Les choses ne vont pas changer du jour au lendemain. On a mis deux ans à préparer Bretton Woods. Beaucoup de gens parlent d’un Bretton Woods 2, mais nous n’allons pas créer un nouveau traité international. »

Nicolas Sarkozy, toujours dans un élan de volontarisme, a averti ses homologues chefs d’Etat qu’il n’était pas question de se contenter de simples discours. « C’est très clair, a-t-il prévenu. Si je n’obtiens pas des résultats concrets, je m’en vais. Je quitte Washington et je rentre chez moi… »

Malheureusement, par « résultats concrets », Sarkozy n’entends que l’adoption d’un cadre de régulation et de supervision de toutes les entités échappant à l’heure actuelle aux réglementations de base, notamment les hedge funds et les paradis fiscaux ainsi qu’un « nouveau rôle » pour le FMI.

Des propositions excellentes, Monsieur le président. Elles auraient même pu éviter cette crise si elles avaient été adoptées à la fin des années soixante-dix…

Le problème, Monsieur le président, c’est que nous sommes en 2008 et qu’on n’arrête pas la peste avec une aspirine…

Pour creuser le sujet : focus

Voir les 4 commentaires

  • fwed • 13/11/2008 - 16:22

    Honnetement c’est la premiere fois que j’ai un peu de respect pour sarkozy.
    Même s’il a l’air de complètement débarquer en économie (un comble pour un ex-min de bercy) il tient le discours qu’il faut. Notre france ne pourra survivre face à la finance anglo-américaine qu’en récupérant ses émissions de crédits laissés aux mains d’actionnariat privé.
    Le gros problème : elle ne pourra le faire toute seule donc sarkozy ne peut claquer la porte. Il va falloir la jouer fine surtout qu’obama ne se prononce pas sur la FED et la politique monétaire américaine.
    So wait and see...

    Répondre à ce message

  • Kirou • 12/11/2008 - 22:31

    C’est quand même incroyable que [Obama] le futur président d’un des plus grand pays du monde ne s’impose pas en ce moment de l’histoire.

    Si Obama ne vient pas, cela voudrait-il dire que c’est une boîte vide qui sera remplie au moment opportun selon les besoins ?

    • Chibani84 • 13/11/2008 - 16:03

      Ta déception cache une double escroquerie. La première qui consiste à penser que l’ensemble des 20 pays participent à ce type de réunion comme s’il s’agissait d’un embryon de gouvernance mondiale alors qu’il s’agit d’une simple coordination de politiques nationales européennes et nord américaines pour ne pas surtout pas attenter aux intérêts des transnationales de la finance et faire payer la crise par chaque citoyen. La seconde qui consiste à croire qu’Obama parce que noir porterait les aspirations des laisser pour compte voire même du Tiers Monde. Il n’est qu’à lire ses déclarations pour s’apercevoir rapidement que peu de choses vont réellement changer. Déjà dans les femmes et les hommes qui constituent son entourage. De vieilles carnes de vieilles politiques, un soupçon moins réactionnaire et conservatrices que Bush mais où les intérêts du complexe militaro-industriel ne seront même pas écornés... La déception va être cruelle pour tous celles et ceux qui croient à l’homme providentiel.

    Répondre à ce message

  • Christophe Paquien • 12/11/2008 - 18:25

    S’il le fait, je commencerai à le prendre au sérieux...

    ...mais le mieux serait qu’il n’en ait pas besoin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide