Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

GM et Ford attisent la tempête financière

La rédaction
visites
908

Dans la semaine du 11 au 15 avril, les actions de General Motors ont perdu 13%. Le 14 avril, à Wall Street, la rumeur courait que GM allait se déclarer en faillite et demander à être placé en règlement judiciaire. Le porte-parole du géant automobile, Brian Acre, a qualifié cette rumeur de « parfaitement ridicule « , faisant prévaloir que sa société disposait encore de 23 milliards de dollars de réserves, mais les actions de GM ont néanmoins chuté encore de 6% ce jour-là pour atteindre un plancher depuis 13 ans. Le lendemain, la prime de risque sur les obligations de GM à 30 ans a de nouveau grimpé en flèche de 30 points pour atteindre 615 points de base, ce qui signifie que les investisseurs exigent pour la dette de GM un taux de rémunération supérieur de 6,15% à celui offert sur les bons du Trésor. Le 15 avril, la prime de risque continua son envolée, atteignant 683 points de base, soit une hausse de 68 points. Toute autre société obligée de verser une prime de risque aussi élevée serait considérée d’office comme digne d’aucune confiance.

Lors de la conférence annuelle réunissant la direction de GM et les représentants du syndicat UAW à Dearborn (Michigan), l’UAW rejeta la demande de renégociation du contrat de quatre ans, arrivant à échéance en 2007, la direction prévoyant de transférer aux employés une plus grande part des cotisations santé.

Ford Motors se trouve dans la même situation catastrophique. Le 11 avril, les agences de notation Moody’s Investors Service et Fitch ont déclassé la dette de Ford, s’élevant à 172 milliards de dollars, qui n’est plus désormais qu’à deux crans au-dessus du niveau « poubelle ». Mais l’agence Standard and Poor’s a été plus radicale encore en classant ces obligations à un seul échelon au dessus du niveau « poubelle ». Pour S&P, donc, le crédit de Ford n’est pas meilleur que celui de GM. Le 8 avril, la direction a fait savoir que, contrairement à ses prévisions de début d’année sur des profits de 1,5 milliards de dollars pour son secteur automobile, elle prévoit désormais des profits nuls. Si profits il devait y avoir pour Ford en 2005, ils proviendraient essentiellement de Ford Credit, sa division financière. Le 11 avril, la prime de rendement sur les euro-obligations de Ford à échéance 2010 a dépassé de 490 points la rémunération d’un bon du Trésor à la même échéance.

Contactez-nous !