www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Finance

Geithner et Bernanke manœuvrent pour un nouveau méga-renflouement des banques européennes

La rédaction
1487 visites | 3 commentaires

27 juin 2012 (Nouvelle Solidarité) — Suivant des sources proches des législateurs américains, le Secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, et le Gouverneur de la Réserve Fédérale, Ben Bernanke, se livrent actuellement à des pressions brutales sur le Congrès pour que celui-ci adopte, dans l’urgence, de nouvelles lois permettant d’organiser un méga-renflouement du système bancaire européen et transatlantique, dépassant même celui de 2008.

Selon différentes sources, Geithner et Bernanke ont assuré qu’ils feraient tout leur possible pour renflouer les banques européennes avec des fonds venant de la Réserve Fédérale, tout en laissant entendre cependant que ceci ne sera peut-être pas possible et qu’une intervention du Congrès sera quand même nécessaire.

Ils ont justifié leur intervention en assurant qu’au cas où la crise se produirait, elle frapperait tellement vite et sa magnitude serait si énorme, qu’il faudrait que des dispositions soient déjà prises pour « sauver le système ». C’est l’imbrication entre conglomérats financiers mondiaux qui explique leur réaction vis-à-vis du maillon européen de la chaîne .

L’économiste américain Lyndon LaRouche a dénoncé les menées de Bernanke et de Geithner, comme étant l’équivalent d’un acte de « trahison ». Le système transatlantique ne peut pas être sauvé, LaRouche a averti une fois de plus. « La seule alternative est celle de rétablir la loi Glass Steagall de Franklin Roosevelt, la séparation totale entre banques d’affaires et banques de dépôt, et une mise en faillite contrôlé des instruments toxiques des banques d’affaires. Les gouvernements doivent agir dans ce sens maintenant ! »

« A ce stade-ci, le refus d’Angela Merkel de soumettre l’Allemagne à ce méga-renflouement est le dernier frein à l’adoption d’une politique qui provoquera l’explosion hyper-inflationniste de l’Europe. » Depuis Geithner et Bernanke jusqu’à George Soros, les hommes de la City de Londres et de Wall Street se livrent à des pressions massives sur Angela Merkel pour qu’elle donne son feu vert à un renflouement par l’Allemagne de l’ensemble du système euro en faillite. « L’opposition d’Angela Merkel est le dernier verrou qu’ils tentent de faire sauter », a dit LaRouche, ajoutant que « la réalité est que les dettes de jeu des banques européennes et de celles de Wall Street, ne pourront jamais être payées. Seule l’adoption de la loi Glass-Steagall permettra la mise en faillite ordonnée de ces milliers de milliards de dollars de dettes pour venir à bout de cette crise ».

Aux Etats-Unis, l’élue démocrate Marcy Kaptur a introduit en 2011 le projet de loi H.R.1489 pour rétablir la Loi Glass-Steagall, que 69 élus des deux partis sont venus soutenir depuis. La semaine dernière, le Comité d’action politique de LaRouche (LPAC) a révélé que l’ancien gouverneur de la Réserve Fédérale, Paul Volcker, dont le nom est associé à une régulation minimaliste visant à interdire aux banques d’engager leurs capitaux propres dans les activités du marché, avait été mobilisé par Bernanke et Geithner pour saboter le rétablissement de la loi Glass-Steagall.

« Si le Glass-Steagall n’est pas adopté immédiatement, nous risquons le chaos total, lorsque le système s’effondrera, une perspective qui nous guette à ce stade à tout instant car la crise européenne atteint désormais son point culminant ».

« Le jugement de l’histoire sera particulièrement sévère contre tous ceux qui, occupant des postes de responsabilités dans les principales nations transatlantiques, seront responsables de terribles conséquences qu’un effondrement non ordonné du système monétaire transatlantique aura sur les économies et les populations ».

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 28 juin 2012 à 13:20
    par Eric

    Le chaos répond à un certain ordre. L’argent tue.

    En étudiant le système financier depuis l’aube de sa énième création (ici 18e siècle), certaines conclusions pragmatiques désignent comme invraisemblable un système marchand rompu à la corruption et au vice absolu, faire l’objet de tant d’émules aujourd’hui. Le système marchand détruit tout en se détruisant depuis ses premières heures d’existence. Ses racines sont vérolées par le dictat privé d’un groupe de prédateurs d’une autre dimension appartenant à une catégorie d’être dont l’humanisme est totalement inexistant. En jugeant sur pièce, quel humain oserait désavouer l’inhumanité insoutenable de ces dirigeants non mandatés par le peuple ?

    Remettre au gout du jour une vieille recette de cuisine ne changera pas le goût ineffable de l’argent et de sa fonction première : un pouvoir marchand sans partage aucun, une inhumanité incarnée dans le commerce morbide des idées et des âmes tirant son jus infâme de la nécessité de la présence de la VIE sur cette planète.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2012 à 22:14
    par petite souris

    .... et l’on comprend donc pourquoi Angela dîne en ce moment avec François, qu’un conseiller de Helmut soit intervenu très longtemps à Europe 1 comme "penseur-spécialiste" ....
    Ah ! propagande quand tu nous tient ..............

    La bonne nouvelle c’est qu’ils sont aux abois,
    que tout va très vite
    qu’ils vont vouloir passer en force
    que donc ils vont faire des choses illégales
    que les peuples vont le savoir
    ... et là tout sera possible : le pire d’abord
    puis le meilleur sortira du chaos
    mais dans combien de temps ?????????????

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2012 à 21:11
    par NAULLAY

    Le système financier étant par nature, mafieux et criminel, l’action des gangsters Soros, Bernanke et Geithner pour "sauver le système", comprendre : sauver les méga banques de Wall Street et de la City, ne servirait qu’à prolonger l’agonie des populations et la récession de plus en plus abyssale. Les renflouements sont toujours payés par les contribuables...or ceux-ci sont déjà saignés à blanc.

    Il n’y a aucune relation positive entre les activités financières spéculatives et l’économie réelle, puisque les activités spéculatives des banques ont pu vampiriser les activités traditionnelles de banques de dépôt et détruire l’économie réelle (entreprises, particuliers) par la suite. Les profits spéculatifs ne profitent pas à l’économie réelle, mais les pertes abyssales la vampirisent !

    Sauver les banques et leur fonctionnement actuel, serait donc une erreur et surtout un crime, et c’est ce que veulent les représentants du syndicat du crime. De Soros à Lagarde, sans oublier Geithner, Bernanke et Draghi, mais aussi les polichinelles de l’UE comme Barroso et Van Rompuy.
    La préconisation de La Rouche semble la meilleure pour procéder à une faillite contrôlée, en séparant les métiers et les activités bancaires, mais ce n’est pas, hélas, ce scénario qui semble vouloir se produire, faute de véritable volonté politique, et de probité des politiciens. Sauf peut-être Ron Paul aux Etats Unis et Asselineau ou Cheminade...mais ils sont bien isolés.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet