Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

George Soros : les élections irlandaises menacent la sécurité mondiale !

La rédaction
visites
1656
commentaires

8 février 2011 (Nouvelle Solidarité) — Voilà, en somme, l’affirmation faite par George Soros, le méga-spéculateur condamné par la justice française pour "délit d’initié", lors du forum annuel sur la Sécurité, qui réunissait le 4 février à Munich dirigeants politiques, diplomates et experts de la sécurité. A ses côtés se trouvaient, entre autres, Mohammed El-Eriean, du fonds géant PIMCO, et Robert Zoellick, de la Banque mondiale.

Evidemment, pour George Soros, le « monde » est celui du système bancaire du groupe Inter-Alpha et la menace concerne sa sécurité. Comme il est impossible pour la Grèce et l’Irlande de rembourser ce qu’elles auront reçu à titre de renflouement, Soros veut bien admettre que ces dettes soient restructurées. Mais cela, à son tour, créera le « danger d’un nouveau Lehman [Brothers] », du fait que les banques sont déjà en faillite.

Suivant sa logique, comme les pays pauvres ne peuvent pas sauver les riches banquiers, c’est aux pays riches de le faire. Il propose donc que le Fonds européen de stabilité financière (FESF), jusqu’ici seulement mandaté à prêter aux gouvernements, puisse renflouer directement les banques en compensant toute perte découlant de la restructuration des dettes souveraines.

Derrière cette proposition, Soros craint que la brutale politique d’austérité de l’UE puisse favoriser la montée de certaines forces politiques, en particulier le Sinn Fein en Irlande, tenté à mettre en œuvre des réformes de type Glass-Steagall, qui, en séparant les banques de dépôt des banques d’affaires, conduiront les derniers à la faillite.

Sans faire tourner la planche à billets, l’austérité imposée à la Grèce et l’Irlande, risque d’aboutir à « la montée au pouvoir de partis anti-européens extrémistes ».

En Irlande en particulier, où le ressentiment est énorme, les élections du 23 février risquent de créer de mauvaises surprises, et « il faut s’y préparer ».

Comment ? En injectant l’argent du FESF dans les banques. De toute évidence, Soros espère que dans ce cas, les partis d’opposition rejetteront la politique de Gerry Adams et du Sinn Fein qui appellent à « laisser flamber les détenteurs d’obligations ».


Pour creuser :


Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 08/02/2011 - 23:15

    Georges Soros se sent menacé ! Le pauvre !
    Il se plaint de son sort ! Le pauvre !

    ...et ces pauvres qui ne comprennent rien et ne veulent ni payer ni mourir....

    Bon ben mon pauv’Georges tu récoltes que ce qu’t’as semé mon vieux !!! C’est la vie et la roue tourne ...

    Répondre à ce message

  • plusieurs • 08/02/2011 - 13:01

    Glass-Steagall !

    A poil les banksters et les collabos !

    Glass-Steagall !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide