Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Goldman Sachs : un volcan peut en cacher un autre

La rédaction
visites
2453
commentaires

20 avril 2010 (Nouvelle Solidarité) — Comme le notait un commentateur de France Inter : s’il n’y avait pas eu l’explosion du volcan en Islande, l’affaire Goldman Sachs (GS) aurait fait largement la « une » de toute la presse. Car il y a matière et les cendres sont chaudes.

Vendredi dernier, la Security and Exchange Commission (SEC), le gendarme des marchés outre-atlantique, créée sous le président Franklin Delano Roosevelt, a déposé une plainte civile pour fraude contre la banque d’affaires la plus puissante du monde et contre un de ses traders chargé des produits structurés, un jeune centralien français, Fabrice Tourre, directeur exécutif de GS Londres.

Après la nouvelle, les actions de GS ont dégringolé de près de 13% à Wall Street, entraînant les autres valeurs dans leur chute. Désormais, cette plainte sème la panique parmi les acteurs du marché des produits financiers dérivés, qui se demandent si un sort similaire les attend. Les noms de Deutsche Bank et Citigroup sont déjà avancés.

Après avoir été pointée du doigt pour les bonus plus qu’indécents, le scandale du fast trading, les astuces pour maquiller la dette grecque, cette fois-ci, GS est mise en cause pour « le scandale » des Collateralized Debt Obligations (CDOs). Tout comme les CDS, les CDO sont des paquets de titres émis sur la base d’une dette, les fameux crédits hypothécaires subprimes dont on connaît le triste sort.

Comme le formulent gentiment Les Echos, derrière la plainte de la SEC, « c’est un gigantesque conflit d’intérêt au sein de la banque la plus profitable de Wall Street qui est visé ». Peut-on accepter qu’une banque, tout en prétendant le contraire, fourgue des « actifs toxiques » à ses clients, tout en faisant de l’argent en spéculant sur l’effondrement des « bonnes valeurs » qu’elle vient de vendre !

D’après le journaliste du Wall Street Journal Gregory Zuckerman, c’est début 2007, donc bien avant l’effondrement du marché immobilier, qu’un gros spéculateur, John Paulson, fondateur du hedge fund Paulson & Cie, fait, grâce à l’aide de son associé italien Paolo Pellegrini, un transfuge de Lazard, l’audacieux pari de la baisse du marché immobilier.

Paulson fait alors appel à Goldman Sachs pour « trouver des pigeons pour leur dire que le ‘subprime’, c’est génial », résume un ancien trader de la Société Générale. « C’est l’usage le plus cynique de l’information de crédit que j’aie jamais vu. Lorsque vous achetez une protection contre un événement que vous contribuez à susciter, c’est comme si vous achetiez une assurance incendie sur la maison de quelqu’un d’autre avant d’y mettre le feu », affirme le consultant Sylvain Raynes.

Or Fabrice Tourre, d’après les courriels, ne semblait pas tout à fait ignorer que la marchandise sentait le sapin : « De plus en plus d’effet de levier dans le système. L’édifice tout entier peut maintenant s’effondrer à chaque instant… Le seul survivant éventuel : le fabuleux Fab [son propre surnom !]… debout au milieu de toutes ces opérations exotiques, complexes, à très fort effet de levier, qu’il créa sans nécessairement saisir toutes les implications de ces monstruosités !!! »

Cependant, la gamme de CDOs élaborée par Fabrice Tourre et consorts a été vendue à plusieurs investisseurs, dont la banque allemande IKB et la néerlandaise ABN AMRO, sans que ceux-ci sachent que Paulson avait activement participé à la composition du portefeuille ni qu’il allait prendre une position inverse…

En tout cas, les répercussions pourraient être énormes. Dimanche, le gouvernement allemand a fait savoir qu’il envisageait de poursuivre Goldman Sachs, car l’allemande IKB avait été sauvée de la faillite au prix de plusieurs milliards d’euros d’argent public en 2008. On se rappelle également que GS Londres s’occupa de la gestion de la dette grecque tout en spéculant sur la fin de l’euro…

Quant au spéculateur John Paulson, notons que l’oiseau possède 2% des actions de Renault et, d’après Les Echos du 19 avril, qu’il s’est illustré récemment par un don de 1,5 million d’euros pour le lancement de la nouvelle Fondation Carla Bruni-Sarkozy à New York ! Sans doute pour moraliser le capitalisme…

Coïncidence heureuse, le PDG de Goldman Sachs, Llyod Craig Blankfein, doit témoigner le 27 avril devant une commission du sénat présidé par le sénateur démocrate du Michigan Carl Levin qui s’intéresse à la criminalisation de la finance.

En tout cas, cette affaire confirme amplement ce que nous avons affirmé ici depuis longtemps : le système financier mondial actuel, expression d’un « capitalisme de casino », est devenu un vaste « schéma de Ponzi » qui s’effondre quand l’escroquerie éclate au grand jour.

Trouverons-nous enfin le courage d’imposer les solutions préconisées par Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade : une véritable commission d’enquête [Pecora] sur la crise financière et une mise en faillite ordonnée du système monétaire international à remplacer d’urgence par un système de crédit public destiné à équiper l’homme et la nature. C’est bien cela, être réaliste !


Signez : l’appel à constituer sans délai une Commission d’enquête parlementaire sur la crise financière

Article : Le plan LaRouche pour relancer l’économie mondiale


Voir les 6 commentaires

  • matière invisible • 20/04/2010 - 22:02

    Un rapport officiel de 159 pages de la SEC signé par l’Inspecteur Général David Kotz a établi que les anciens de la même SEC, savaient en réalité que le banquier Stanford faisait une escroquerie pyramidale de 8 milliards avec ses fonds d’investissements depuis 1997 !!!
    "The Securities and Exchange Commission knew that Allen Stanford was involved in a Ponzi scheme as far back as 1997".
    Ce que dit l’inspecteur est dramatique "the scheme was able to continue for so long due to "institutional influences" within the SEC, and the agency’s desire to chase after slam-dunk cases". Stanford a même été aidé par un haut responsable de la SEC.
    Si vous ne me croyez pas, eh bien lisez ici le communiqué de presse de la SEC et CNBC.

    La publication de ce rapport nucléaire et dévastateur, et sa reprise sur toutes les télés de la planète, aurait décribilisé à jamais Washington, Obama et les US, sans parler de la SEC qui avait déjà fermé les yeux sur Madoff. Cela aurait été la 2e mega affaire et aurait prouvé la corruption totale de Wall Street et surtout des policiers de la SEC ainsi que de la classe politique. En catastrophe donc, la SEC a allumé un contre feu géant en convoquant la Goldman Sachs et celui qui a conçu les CDS toxiques basés sur la chute du marché immobilier grand public, John Paulson de Paulson Inc, devant les tribunaux pour une fraude de 1 milliard.

    • if • 21/04/2010 - 10:26

      Merci à Matière Invisible pour son commentaire.

      Je m’apprêtais à relayer cette information.

      Je reste extrêmement perplexe face à l’absence de réaction des médias, quels qu’ils soient, Solidarité & progrès compris...

    • Bertrand Buisson • 21/04/2010 - 16:16

      Intéressant. C’était aussi le cas pour Madoff puisque Harry Markopolos avait prévenu la SEC à plusieurs reprises depuis 1999. Etant coincée, la SEC tente de se racheter une crédibilité. Il y a aussi une guerre entre requin, car Goldman Sachs a entubé bien du monde dans la crise financière et n’a pas que des amis à Wall Street.

    • Bertrand Buisson • 21/04/2010 - 16:20

      Sauf que S&P n’est pas un média. Politiquement, il me semble plus stratégique d’exposer Goldman Sachs (dont la réputation n’est plus à faire) et d’enfoncer le clou afin de forcer un consensus sur la mise en faillite organisée de toutes les banques criminelles.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 21/04/2010 - 01:13

    Ou comment la finance de l’empire britannique pourra encore s’en tirer ?

    Simple, mon cher Watson ! : embaucher des français pour faire le "sale" boulot pour dénoncer la France, si le vent tourne.

    Ah ! la perfide Albion !

    Répondre à ce message

  • gdfontaines • 20/04/2010 - 22:42

    Incroyable ! Le secret de Paulson : L’anticipation. Paulson a vu venir la crise avant beaucoup d’autres. Dès 2005, en pleine fièvre de l’immobilier, il parie sur une chute du marché. Et il gagne. Malgré des pertes en 2006, il applique sa devise préférée, empruntée à Winston Churchill : "ne jamais abandonner, ne jamais abandonner, ne jamais abandonner".

    lu ici > http://www.e24.fr/finance/gestiondactifs/article39312.ece/John-Paulson-l-homme-qui-transforme-la-crise-en-or.html

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide