Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Gordon Brown en état d’apoplexie contre la Chine et l’Inde !

La rédaction
visites
2224

22 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) - « C’est un changement dans la dynamique géopolitique », s’est écrié le Financial Times du 21 décembre, citant une source importante d’un pays du secteur avancé, étranglée de rage. « A Copenhague un nouvel ordre mondial s’est défini, et des puissantes économies en développement, telles la Chine et l’Inde, ont dicté leurs termes au reste du monde”.

Dans l’éditorial de ce journal, véritable porte-parole de l’empire, on pouvait lire aussi que « cet échec lamentable », « était pire qu’inutile » car c’est « une perte d’élan qui constitue un danger ». Autrement dit, l’Empire britannique reconnaît avoir perdu le contrôle de la dynamique du monde.

Mais c’est Gordon Brown qui donne libre cours à sa rage contre l’idée même que « le futur soit tenu en otage par une poignée de pays », sans mesurer pleinement que cette poignée de pays représente près de 3 milliards d’êtres humains, bien plus que la France et le Royaume-Uni réunis qui n’atteignent même pas 130 millions. « Jamais plus nous ne devons faire face à la situation de blocage qui a failli provoquer l’effondrement de ces pourparlers… Nous ne permettrons pas à ces pays de nous empêcher d’agir ».

Brown a révélé à quel point « l’absence d’une organisation globale ayant la responsabilité de l’environnement » est « l’une de ses frustrations ». Pour remédier à cet état de fait, il a annoncé que lui-même, avec Nicolas Sarkozy, allaient proposer que l’Union Européenne soit chargée de faire la police des émissions de CO2 non seulement au niveau européen, mais à l’échelle mondiale. Selon Le Daily Telegraph, ce projet aurait été conçu lorsque Barack Obama suggéra que la surveillance des émissions soit faite par satellite.


Focus : Victoire à Copenhague !


Contactez-nous !