Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Gordon Brown s’est fait “snober” par Obama

La rédaction
visites
2107

9 mars 2009 (LPAC) — La semaine dernière, de concert avec la presse Murdoch et certains républicains de l’ultra-droite américaine, le premier ministre britannique Gordon Brown, ainsi que l’ancien locataire du 10, Downing Street, Tony Blair, ont mis cap sur Washington pour joindre la vaste offensive contre la présidence Obama.

Comme le rapporte amplement la presse anglaise, les efforts désespérés de Gordon Brown visant à rallier Obama aux orientations politiques anglaises ont misérablement échoué.

Le président et la première dame des Etats-Unis n’ont pas caché le peu d’estime qu’ils cultivent pour Gordon Brown et sa politique, provoquant ainsi l’ire des médias outre-Manche.

Le chroniqueur James Delingpole du Daily Telegraph, auteur d’un brûlot anti-Obama, n’a pas hésité à qualifier la femme du président de « Lady Macbeth », accusée d’inciter son tendre mari à mépriser sans limite la noble gente britannique. « Est-ce que Lady Macbeth a poussé Obama à snober Gordon Brown ? » s’interrogeait Delingpole le 5 mars dans les colonnes du quotidien.

Si le fait qu’Obama a fait virer le buste de Winston Churchill fut déjà vécu comme une véritable déclaration de guerre contre la grandeur de l’empire, l’annulation de la conférence de presse dépassa toutes les bornes.

Pour Le Figaro, « Obama n’a pas déroulé le tapis rouge pour son hôte, n’organisant qu’un point de presse informel et non une conférence de presse conjointe. Il n’a pas eu non plus de réception particulière à Camp David. Et le mot ‘partenariat spécial’ a été utilisé par Robert Gibbs au lieu du terme ‘relation particulière’ auquel tiennent tant les Britanniques »

Pour Tim Shipman, le correspondant principal du Daily Telegraph à Washington, le traitement infligé à Gordon Brown équivaut, bonjour la honte, au traitement accordé à n’importe quel « petit chef d’Etat africain » !

A la fin de la brève rencontre, affirme le New York Times, Brown, certain de disposer d’un profil psychologique pointu du président, a offert un écritoire fabriqué à partir du bois d’un bateau anglais, le HMS Gannett, un des rares bateaux de guerre britanniques ayant participé en 1885 dans des patrouilles anti-esclavage envoyées contre les Arabes.

Visiblement ignare du fait qu’Obama vient de remplacer le buste du très colonial Winston Churchill par celui du président abolitionniste Abraham Lincoln, Brown a insisté en offrant au président la première édition, écrite par Sir Martin Gilbert, de la biographie en sept volumes de Churchill !

D’après le Times, Obama a poliment fait un cadeau dérisoire en retour : un kit de 25 DVD, parmi lesquels « Le parrain », « Lawrence d’Arabie » et le film d’horreur de Gus Van Sant, « Psycho ».

JPEG - 34.2 ko

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !