Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Gore contre les soins aux victimes du sida en Afrique du Sud

La rédaction
visites
1243
commentaire

Selon un article du Washington Post du 18 juin, des manifestants de la coalition « Des médicaments contre le sida pour l’Afrique » ont protesté contre les prises de position affichées par le vice-président Al Gore, lors de ses deux journées de réunions électorales à Wall Street.

Selon cette coalition, le vice-président américain aurait, au cours d’entretiens avec le président sud-africain Thabo Mbeki, menacé de supprimer toute aide économique à l’Afrique du Sud si elle n’abandonnait pas ses projets de produire et d’importer des médicaments génériques bon marché contre le sida.

« Au coeur de la controverse se trouve la loi sud-africaine prévoyant l’accès pour les personnes atteintes du SIDA à des médicaments meilleur marché, écrit le Washington Post. Les compagnies pharmaceutiques américaines considèrent cette loi qui autorise le ministre sud-africain de la Santé à avoir recours à des médicaments importés ou à des génériques de production locale moins chers comme une violation de leur brevet d’invention. Elles ont entrepris un lobbying agressif auprès du Congrès et de la Maison Blanche, proposant même de supprimer l’aide étrangère à l’Afrique du Sud. » Lors de la rencontre en août dernier entre Gore et Mbeki, à l’époque vice-Président, la querelle autour du brevet était au centre des discussions, selon le bureau du vice-Président américain. Au moins six millions de Sud-Africains sont séropositifs et la nouvelle loi permettrait de réduire considérablement le coût des traitements les plus efficaces pour prolonger l’espérance de vie.

Le 22 juin, Gore a tenté d’apaiser les représentants de « Médicaments contre le sida pour l’Afrique » en organisant pour ses dirigeants une réunion avec la directrice de la politique du sida de la Maison Blanche, Sandra Thurman. A l’issue de cette rencontre, Jamie Love, du Center for the Study of Responsive Law, déclara au Washington Post que l’Afrique du Sud était prête à verser des royalties raisonnables, en conformité avec les conditions commerciales prévues par l’OMC, mais que « le vice-président Gore s’était prosterné devant les compagnies pharmaceutiques qui contribuent à sa campagne électorale ». Bien que ces compagnies aient en effet versé d’importantes sommes à la campagne de Gore, l’ironie veut cependant que les médicaments les plus efficaces contre le sida aient été mis au point grâce à d’énormes subsides provenant des contribuables américains.

Les manifestants accusent Gore de « faire le sale travail des compagnies pharmaceutiques », en prétendant que leurs brevets sont plus importants que la sauvegarde de vies africaines.

Contactez-nous !

Don rapide