Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Grande-Bretagne : Dalyell s’oppose à la guerre

La rédaction
visites
726

Une remarquable intervention contre une guerre en Irak vient d’être faite par Tam Dalyell, le plus ancien membre de la Chambre des Communes britannique. Il s’agit d’une lettre ouverte au Premier ministre britannique Tony Blair, publiée dans le Times de Londres du 6 janvier, sous le titre « Au nom de la démocratie, M. Blair, lisez ceci avant d’envoyer un seul Britannique à la mort ! »

Dalyell souligne tout d’abord que l’opposition à la guerre est tellement forte « dans tout l’éventail de la vie britannique », en particulier dans l’Eglise anglicane et dans les cercles militaires, qu’il ne faudrait envisager aucune participation britannique avant la tenue d’un débat général sur la question à la Chambre des Communes. Il écrit : « Nous sommes supposément une démocratie parlementaire. Chacun de nous, à la Chambre des Communes, devrait se sentir personnellement responsable de la grave décision de mettre nos électeurs, leurs pères, mères ou enfants, dans la situation périlleuse d’une frappe préventive. Les Irakiens combattront certainement pour défendre leur patrie (...). Je considérerais ce vote comme le plus important de mes 41 années au Parlement. »

Dalyell attribue la responsabilité de la dynamique de guerre au « groupe Cheney-Rumsfeld-Wolfowitz », aux Etats-Unis, plus qu’au Président américain lui-même. Contrairement à la plupart de ses collègues au Parlement britannique, Dalyell a effectivement servi dans l’Armée britannique. Signalons aussi qu’aux Etats-Unis, à l’exception d’un seul sénateur, aucun membre de la Chambre des représentants ou du Sénat n’a de fils ou de fille dans l’armée américaine.

Dalyell donne à Blair le conseil suivant : « Faire ce qui est juste aura sans doute peu d’influence directe sur Cheney-Rumsfeld-Wolfowitz. Mais une prise de position de votre part contre une guerre non nécessaire aurait un effet considérable sur l’opinion publique américaine. Un sondage de CNN situe à 26% le soutien à une guerre contre l’Irak, en l’absence de l’approbation des Nations unies. Si les Britanniques disaient « non, compte tenu de ce qui s’est passé depuis l’arrivée des inspecteurs, nous pensons que la guerre est injustifiée », le soutien du peuple américain à une intervention militaire chuterait encore plus. Ceci pourrait convaincre le président Bush de ne pas faire la guerre. Dans ces circonstances, vous, Monsieur le Premier ministre, avez le pouvoir unique d’arrêter la guerre, parce que l’opinion américaine elle-même ne soutiendrait pas une guerre sans l’appui du Conseil de sécurité et du Royaume uni. Si vous choisissez de le faire, beaucoup d’entre nous pensent qu’à ce point, ceci pourrait retenir le président Bush. »

Contactez-nous !