Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Grèce/eurozone : attaques spéculatives et ingouvernabilité

La rédaction
visites
2145

30 janvier 2010 (Nouvelle Solidarité) – Hier, au Forum économique mondial de Davos, le Premier ministre grec a dénoncé les attaques spéculatives contre son pays, qui a vu son taux obligataire à 10 ans passer de 6,22% à 7,14% en deux jours. « Il est clair que certaines des attaques contre la Grèce visent plus largement l’euro (...) derrière la Grèce, il y a le Portugal et l’Espagne », a-t-il dit, qui ont eux aussi vu leur taux monter dans la foulée.

« Le pays est victime d’une violente attaque spéculative qui menace la stabilité de la zone euro », écrit Jean Quatremer dans Libération. « Les marchés jouent l’éclatement de la zone euro… Or si la Grèce s’effondre, c’est toute la zone qui sera menacée. » Cette attaque s’est principalement matérialisée par un article du quotidien de la City de Londres, le Financial Times, qui affirmait que la Chine avait refusé d’acheter pour 25 milliards d’euros d’emprunts grecs, une rumeur aussitôt démentie mais dont l’effet a lourdement joué contre la Grèce.

La Banque centrale européenne n’étant pas autorisée par le Traité de Maastricht à venir en aide à un Etat (ce qui n’est pas le cas lorsque ce sont les spéculateurs qui sont en difficulté), les rumeurs enflent sur un éventuel renflouement de la Grèce grâce à des prêts émis par l’Allemagne et la France. Mais dans tous les cas de figure, la Grèce sera forcée d’appliquer une cure d’austérité drastique pour ne pas voir le robinet des finances se fermer. La BCE, l’UE, les Etats-membres et les « marchés » sont tous d’accord là-dessus et le gouvernement grec ne voudrait pas se retrouver au ban des nations comme l’est l’Islande.

Les clous de Maastricht ne se retournent pas seulement contre la péninsule hellénique, puisque François Fillon doit rendre sa copie à Bruxelles en début de semaine. Objectif : réduire le déficit budgétaire de 8,5% à 3% du PIB d’ici 2013. Au programme : geler les budgets des ministères, inciter les collectivités locales à faire de même, juguler les dépenses de l’assurance maladie et poursuivre le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Si ces mesures sont compatibles avec le pacte d’austérité de Maastricht, le sont-elles avec les promesses faites par Nicolas Sarkozy sur TF1 à 11 français frappés par la crise ?

Soumis aux ordres d’une autorité monétaire supranationale et au manque de caractère de leurs dirigeants, nos pays européens sont devenus ingouvernables : l’on ne peut pas y mener une véritable politique pour préparer l’avenir. Le même mal frappe de l’autre côté de l’Atlantique, où l’administration Obama est en train d’adopter les critères de Maastricht et son cortège de coupes budgétaires. La sortie de secours est celle qui nous mène vers un système de crédit entre nations souveraines.


A lire de près :


Contactez-nous !