Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Greenspan a perdu le contrôle

La rédaction
visites
659

Malgré des efforts désespérés pour renflouer les marchés financiers et nier la nature systémique des perturbations financières actuelles, rien ne semble pouvoir arrêter la panique grandissante sur les marchés financiers. Le 19 mars, cédant aux pressions nationales et internationales, la Banque du Japon a rétabli sa politique de taux à zéro pour cent. Elle a annoncé son intention de fournir au système bancaire « d’importantes liquidités », en augmentant d’office la balance de comptes courants des banques commerciales auprès de la banque centrale, qui passe ainsi de 4000 à 5000 milliards de yens, ce qui devait faire baisser les taux vers zéro. Le gouverneur de la Banque du Japon, Masura Hayami, a indiqué qu’il serait prêt, si nécessaire, à acheter directement davantage d’obligations d’Etat, initiative qu’il avait auparavant rejetée en raison du risque d’hyperinflation. Toutefois, ces mesures n’ont permis de sauver les marchés japonais que pendant vingt-quatre heures.

Entre-temps, le 20 mars, Alan Greenspan a encore une fois baissé les taux d’intérêt. Cependant, le seul effet a été de faire replonger le Dow Jones à son plancher de mars 1999 et le Nasdaq à celui d’octobre 1998. Les Bourses de Francfort, Londres, Paris, Zurich, Milan, Amsterdam et Stockholm ont toutes crevé leur plancher d’il y a un an. Par rapport à son sommet de mars 2000, le Nasdaq a chuté de 62 %. Plus personne ne se fait d’illusions sur le sort prochain du « maestro » Greenspan : la démission. En outre, la probable baisse des taux par la BCE ne devrait pas être d’un grand secours.

Le 22 mars, Lyndon LaRouche a noté que les investisseurs en Bourse devraient savoir que le pire scénario pour eux n’est pas de perdre 100 % de leurs investissements. Dans certaines situations, les actionnaires sont considérés comme responsables des dettes d’une société dans laquelle ils ont investi : on songe à l’exemple de la Lloyds où les fameux « noms » ont été obligés de couvrir les dettes et les pertes de l’entreprise.

Contactez-nous !