Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Greenspan promet de continuer à faire tourner la planche à billets

La rédaction
visites
718

Confirmant les propos tenus le 21 novembre par Ben Bernanke, le gouverneur de la Réserve fédérale, son président Alan Greenspan a, le 19 décembre, assuré les marchés financiers qu’il n’y avait aucune limite aux moyens dont dispose la Fed pour fournir toutes les liquidités nécessaires au maintien à flot du système financier.

Devant l’Economic Club de New York, Greenspan a déclaré : « On ne doit pas non plus surestimer les difficultés posées à la politique monétaire par la limite zéro des taux d’intérêt et l’inflexibilité des salaires nominaux, même en l’absence d’une augmentation plus rapide de la productivité. L’expansion de la masse monétaire peut continuer, même si les taux au jour le jour approchent de la limite zéro. La Réserve fédérale est habilitée à acheter des titres du Trésor de toute échéance et a déjà acheté ces titres dans le cadre de ses procédures pour maintenir les taux au jour le jour au niveau désiré . »

A propos des bulles spéculatives, Greenspan a déclaré que les dirigeants des banques centrales sont incapables de les détecter avant leur éclatement. Et même si elles devaient en détecter une, elles ne pourraient rien faire sans infliger « une quantité inacceptable de dommages collatéraux à l’économie ». Ce même Greenspan avait déclaré au début de l’année qu’une « reprise » avait déjà été entamée, mais qu’elle se serait heurtée à une certaine résistance due à des risques géopolitiques relevés. Dès que ces risques seront neutralisés, la reprise interviendra pleinement.

Cependant, force est de constater que l’économie américaine est caractérisée par une série sans précédent de faillites retentissantes. Quelques jours après celle de la compagnie aérienne United Airlines, la plus grande de l’histoire américaine dans ce secteur, le géant de l’assurance Conseco était obligé de demander à son tour sa mise en règlement judiciaire, affichant 51,1 milliards de dollars de dettes et 52,3 milliards de dollars d’actifs. Il s’agit donc d’une des plus grandes faillites en Amérique, juste derrière WorldCom et Enron. Sur les 10 plus grandes faillites, 7 ont eu lieu en 2001 et 2002 (Pacific Gas & Electric, Enron, Global Crossing, Adelphia, WorldCom, United Airlines et Conseco).

Contactez-nous !