Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Grèves : qui est intéressé à tuer le mouvement ?

La rédaction
visites
1115

Provocation - Répression : « gauchistes » et « alternative libérale » sponsorisés pour casser la résistance à l’ultralibéralisme.

« Défaire méthodiquement le programme du CNR », voilà comment Denis Kessler, vice-président du Medef et actuel PDG du Groupe Scor comprenait, enthousiaste, le but de la vague de réformes engagée par Nicolas Sarkozy. Et c’est bien à cet abandon complet de la France aux dogmes libéraux, à cette destruction des restes du programme pour des « jours heureux » des résistants idéalistes français, que s’opposent, à partir d’aujourd’hui, de nombreux syndicats.

Pourtant, tout semble à nouveau fait pour étouffer le mouvement. Aux petits groupes d’excités d’extrême gauche qui, comme à l’accoutumée, prennent le contrôle des Assemblées générales dans les universités pour radicaliser les actions, décourageant du même coup les plus motivés, s’opposent maintenant de nombreux groupes anti-blocages, parfois tout aussi politisés et destructeurs que ceux auxquels ils s’attaquent.

Pris dans ses études, en pleine préparation des partiels, l’étudiant lambda dit : « Fichez-moi la paix, je veux juste étudier ». Quand il en est empêché, parfois il s’énerve et rejoint les rangs des fameux groupes anti-blocages. Il apprendra très vite que, dimanche 18, est organisée « une grande manifestation contre les blocages ». Et ça risque d’être intéressant puisque les organisateurs se targuent d’ »avoir réuni en l’espace de 15 jours, 2000 personnes puis 80000 contre les blocages en 2003. Ces événements avaient été très largement relayés dans les médias. Nous pouvons donc avoir un poids réel et faire entendre notre voix ! ».

Le site de socialisation Facebook à travers lequel s’instaure une communautarisation sans limites, répercute les appels anti-grève, encouragés par des « amies » Valérie Pécresse et Michèle Alliot-Marie.

Mais qui sont donc ces organisateurs chevronnés, pourfendeurs des syndicalistes « égoïstes » et des étudiants « branleurs » ? Et bien, des individus très politiques et très intéressés.

Au-delà des militants de l’UNI, la Droite universitaire, affiliée au président Sarkozy, on trouve les libéraux néo-conservateurs de Liberté chérie et d’Alternative libérale (AL) de Sabine Hérold et Edouard Fillias, pour qui, comme pour Monsieur Kessler, il faut faire « évoluer notre vieux pays »

« La France est un grand pays qui va mal : chômage endémique, violences urbaines, stagnation du pouvoir d’achat, déficits abyssaux, réformes impossibles, marginalisation sur la scène européenne et internationale. Travaillée par le doute, tentée par le renoncement, la société s’enfonce dans la crise et le déni des véritables enjeux ». Voilà le constat d’AL.
Et pour sortir de cette crise, la solution, enlever cette toute puissante autorité étatique qui gêne la concurrence : « Nous voulons mettre fin aux monopoles, rentes et protections d’Etat de toutes sortes, qui entravent l’activité et dénaturent la concurrence ».

En pleine crise financière, dont les répercussions frappent les ménages jusque dans leurs assiettes, ces « mouvements anti-blocages » proposent, en jouant sur les réactions individualistes des gens, de déréguler encore plus l’économie et de vendre ce qui reste de notre pays aux intérêts privés. Ici, au contraire, avec Jacques Cheminade, nous nous battons pour une politique de défense du niveau de vie de la population par l’intervention d’un Etat redevenu à son service.

Il va falloir choisir votre camp !

Contactez-nous !