Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

AccueilActualité
Brèves

Grippe A (H1N1) : sans un programme « à marche forcée », pas de vaccin !

La rédaction
visites
2796
commentaires

Par Karel Vereycken

20 juillet 2009 (Nouvelle Solidarité) – Les grands industriels impliqués dans la production du vaccin contre la grippe A (H1N1) viennent d’annoncer que les quantités d’antigènes qu’ils obtiennent des cultures du virus, en vue de produire le vaccin, s’avèrent bien moindres qu’espérées.

En général, une souche prototype expérimentale du virus, sélectionnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), est injectée dans des œufs embryonnés qui servent de base nutritive pour permettre au virus de se multiplier. La quantité du virus générée dans l’œuf, qui compose l’ingrédient fondamental pour le vaccin, s’appelle le rendement. Toutes les commandes des gouvernements se basent sur des rendements fixés d’avance.

Si d’habitude un œuf produit assez d’antigènes pour produire deux doses de vaccin contre une grippe usuelle, aujourd’hui, les laboratoires, à partir d’un seul œuf, ne récoltent qu’une dose et même moins, affirme Eric Althoff du laboratoire suisse Novartis. C’est un rendement situé entre un tiers et la moitié plus bas que le rendement habituel. Ainsi, Novartis, Baxter, Sanofi et GlaxoSmithKline (GSK) pourront extraire moins d’ingrédients essentiels de chaque œuf. Le PDG de Baxter, Robert Parkinson, ainsi qu’un porte-parole de Sanofi reconnaissent cette réalité.

« On sait bien que certaines souches ont de bons rendements, et d’autres des mauvais rendements », estimait Marie-Paule Kieny, directeur de l’initiative de recherche sur les vaccins à l’OMS lors d’une téléconférence le 13 juillet. « Malheureusement, nous ne sommes pas tombés sur un bon rendement avec la première série de souches du virus », affirmait-elle. « Pour y remédier, le réseau des laboratoires de l’OMS essaye de générer de nouvelles souches pour la production des vaccins », provenant de patients infectés. « Nous espérons qu’une d’entre elles donnera de meilleurs rendements, comparables à ceux obtenus avec la grippe saisonnière. »

Un expert français nous a confié que « tout ceci annonce de mauvaises nouvelles ». Bien sûr, d’autres procédés existent pour produire des vaccins, notamment à partir de cultures cellulaires. Etant donné que le virus A (H1N1) attaque directement les cellules des poumons, il serait intéressant de produire le vaccin à partir de ce type de cellules. Mais selon cet expert, cette façon de procéder est extrêmement longue et ne répond donc pas à l’urgence.

En pratique, les bas rendements impliquent que des quantités très limitées de vaccins seront disponibles vers la mi-septembre. Les gouvernements se trouveront dans l’obligation de sélectionner les populations prioritaires. Si en France, on parle de moins en moins d’une vaccination obligatoire, c’est pour la simple raison que le vaccin ne sera pas là pour y procéder.

Ce spécialiste ajouta que la seule solution serait un « programme à marche forcée » consistant à doubler le nombre d’œufs cultivés. Techniquement, on peut envisager de réorienter une partie des capacités de l’industrie pharmaceutique pour s’atteler à cette tâche. En France, estime-t-il, si les vaccins menacent de faire défaut, ce type de solution risque de s’imposer, bien qu’il faille du courage politique pour le faire.

Le dernier effort d’une vaccination rapide à grande échelle date de 1974. A l’époque, lorsqu’une épidémie de méningite est identifiée au Brésil début août, Charles Mérieux est rapidement reçu par le ministre de la Santé : la situation est grave, le Carnaval de Rio est proche et la flambée se propage. L’Institut Mérieux est le seul producteur au monde à détenir le vaccin. Pour répondre à l’urgence de la crise sanitaire, Charles et Alain Mérieux, son fils, demandent à leur personnel d’annuler leurs vacances. En octobre, le ministre de la Santé brésilien vient assister à une démonstration, remercie de l’effort fourni puis annonce : « Ce n’est pas 600000 doses dont nous avons besoin, mais 60 millions ! » Tout le monde se demande s’il est sérieux et maîtrise suffisamment bien le français… Mais ce n’est pas une erreur : au final, il faudra 90 millions de doses ! En un temps record, Charles et Alain Mérieux construisent un nouveau laboratoire avec un équipement à la mesure des besoins. Ils établissent un pont aérien entre Lyon et le Brésil : 90 millions de personnes sont vaccinées en un an… La pandémie est jugulée. Le succès de la campagne est confirmé par le Centers for Disease Control (CDC) d’Atlanta. Au cours de l’opération, Mérieux réalise l’importance pour les médecins d’être déchargés des contraintes d’organisation et d’administration pour mener à bien leur mission. Voilà le type d’état d’esprit pasteurien qu’il est urgent de retrouver pour vaincre les pandémies !

Vidéo à voir : "Non au triage humain : santé publique et population"

A lire :
— "Empêchons le retour de la grippe espagnole"
— La grande aventure des pasteuriens

Voir les 18 commentaires

  • FRED • 14/08/2009 - 04:15

    Bonjour à tous,

    Si les micro-vaccins et les auto-vaccins ont fait leur preuve d’efficacité en revanche les fabrications industrielles pour des milliards de doses posent problème. Un virus quel qu’il soit doit muter pour survivre et tout le problème est là. Avec les souches virales actuelles la vaccination inconsidérées et l’usage intempestif d’antiviraux pourraient faire d’un virus peu mortel comme le H1N1, un virus beaucoup plus virulent pour lequel nous n’aurions aucun remède du moins dans le sens pasteurien du terme. Par ailleurs, le phénomène de commutation qui consiste en une transmission du patrimoine génétique d’un virus mort (dans la dose vaccinale) à des cellules saines in vivo est également très problématique. Les vaccinés seraient alors à leur insu un incubateur permettant une mutation dangereuse du virus. Ces questions médicales ont été posées au Sénat par le sénateur François Autain (docteur en médecine) à Madame la Ministre Roselyne Bachelot. A ce jour aucune réponse sur ces risques d’aggravation de la situation épidémique avec un remède qui pourrait être pire que le mal n’a émané du gouvernement. Madame Bachelot connait parfaitement ce risque elle est docteur en Pharmacie.

    Amicalement à tous

    FRED

    Répondre à ce message

  • enoch • 20/07/2009 - 20:58

    L’esprit pasteurien reste un des systèmes colonialistes des plus puissants ; la pandémie H1N1 est la paille économique qui nous fait oublier la poutre financière. D’autre part comment pouvez vous battre contre les volontés de dépopulation et entrez dans le jeu pseudo humanitaire des "vaccinateurs" ; ce n’est pas le médicament qui sauvera la planète mais l’hygiène et l’alimentation régulière. Rappelez vous des dernières paroles de Pasteur lui-même regrettant certaines de ses obstinations

    • ARCANE • 21/07/2009 - 12:37

      Je vais dans votre sens , Pasteur s’est inspiré voir a copié les travaux du docteur Beschamp qui lui, mettait l’accent sur le terrain qui favorisait le développement de certaines maladies.

      La vaccination a peut etre enrayer des épidémies, mais au fil des années, le vaccin devient tres omniprésent, les campagnes en faveur des vaccins se multiplient . Il faut se faire vacciner à la naissance et pour de plus en plus de maladies, grippes, cancers, hépatites,tuberculose, polio, diphtérie, tétanos, palu, fievre, etc.
      Une maladie un vaccin
      Sans etre pour ou contre, ou etre anti vaccin, cela mérite réflexion. Les campagnes vaccinations ressemblent de plus en plus à des campagnes marketing.

      D’éminents professeurs et médecins aussi valables que ceux qui portent la voix officielle émettent des doutes et des bémoles sur l’éfficacité de la vaccination.

      Le corps humain serait donc si dépendant et faible et la seule issue la vaccination ?
      Avant de fustiger ceux qui pensent autrement interrogez vous.
      Comment rester en santé ?
      Comment vivre et dans quelles conditions
      afin de ne pas avoir besoin de médicaments ou le moins possible
      mais cela n’intéresse pas les laboratoires qui ont intéret à rester en bourse. Il faut maintenir l’homme dépendant sinon c’est la faillite.
      Tout le systeme de santé repose sur le principe de la maladie et non de la santé. Vous le savez et ce n’est pas une mince affaire. C’est de la que decoule toutes les perversités.

    • Nico • 21/07/2009 - 14:01

      Je suis assez alluciné d’entendre autant d’anneries dans les commentaires !

      Voila que ces messieurs remettent en cause le principe du vaccin, qui maintenant serait mauvais !!!

      C’est une chose de critiquer l’usage d’une science et completement autre chose de critiquer cette science elle meme !

      Etre contre les lobby pharmaceutiques, la recherche éffrénée du profit des labos qui entraine des problemes avec des vaccins mal testés ... etc OK, mais dire que le principe de la vaccination est malsain c’est vraiment n’importe quoi !!!

      On dirait les fanatiques anti-nucléaire qui sont contre le nucléaire parce que la téchnologie peut etre employée pour tuer !!! c’est vraiment un raisonnement qui manque de discernement.

      Battez vous plutot pour que l’on retrouve des autorité publiques sanitaires responsables et compétentes, que l’on refasse passer sous le controle de l’état les labos privés ...

      Ce n’est parce qu’une choses est mal employée qu’il faut l’arreter !!! a ce petit jeu la, on doit casser la santé publique, l’éduction nationnale, casser les universités, casser les transports, l’énergie, etc .... parce qu’il y a des dérives dans chacuns de ces dommaines !

      Voyons un peu de mesures dans vos propos ! Si les vaccins n’existaient pas, vous ne seriez pas là pour les critiquer !

    • Bertrand Buisson • 21/07/2009 - 17:10

      Oui oui, et si tu manges 5 fruits et légumes par jour tu n’attraperas pas la grippe A !

    • arcane • 22/07/2009 - 13:26

      Non le vaccin n’est pas la reponse ultime, Oui l’homme développe des maladies, oui le corp de l’homme a ses propres défenses naturelles, lisez les travaux du Dr Beschamps et de bien d’autres, aussi éminents que des pasteurs .

      Oui il y a d’autres voies à explorer, il ne sagit pas non plus d’etre un adorateur bea des vaccins.

      Une mal a dit est un message pour attirer notre attention sur notre façon d’apréhender le monde, pour que nous puissions modifier nos comportements à tous les niveaux. Se contenter de vacciner et de s’abrutir de médicament n’est pas un reel progres c’est la politique de l’autruche.

      Les vaccinations augmentent en nombre et en puissance et les hommes sont toujours malades meme s’ils vivent plus longtemps, lonbgévité qui n’est pas du qu’à la médecine.

      Traiter d’abrutits ceux qui cherchent d’autres voies pour ne plus etre malade et donc se passer de médecine un jour.
      La veritable recherche est de tout faire pour ne pas tomber malade sans avoir recours à des artifices lucratifs. Je vous rappel que maintenant un malade est appelé un client dans les cliniques.
      Un client ça doit revenir et se fidéliser.
      Alors modérez vos reactions face à ceux qui se posent des questions sur les fondements de notre société en déroute.

    • Nico • 23/07/2009 - 09:37

      "oui le corp de l’homme a ses propres défenses naturelles" tout a fait, c’est d’ailleurs la base du principe des vaccins mon cher arcane ! Le vaccin permet de mieux activer les défenses immunitaires naturelles.
      Personnellement je ne suis pas un adorateur béa, je constate juste que c’est très éfficace.
      "Une maladie est un message pour attirer notre attention sur notre façon d’apréhender le monde"
      Oulah, ca me parait très phylisophico-mystique votre affaire !
      Pour moi une maladie est plus terre à terre, c’est juste des organisme micro-scopique qui perturbe le fonctionnement normal du corps. les animaux et les plantes attrappent aussi des maladies et je ne pense pas que ce soit pour attirer leur attention sur leur façon d’apréhender le monde !
      J’ai rarement vu un ficus se demander comment il appréhendait le monde :)

    Répondre à ce message

  • Antoinette • 11/08/2009 - 22:11

    "Etant donné que le virus A (H1N1) attaque directement les cellules des poumons"

    n’importe quoi !! c’est un virus grippal. Seules les complications sont dangereuses, mais le virus à 90% de chances de passer comme une simple grippe sans plus !
    Vit C + D3 et paracétamol, = repos.

    Répondre à ce message

  • Microzyme • 23/07/2009 - 23:14

    Jusqu’au milieu du XXe siècle, les milieux eugénistes affirmaient que la tuberculose était héréditaire... tout comme la soulôgraphie, la pauvreté, le chômage. Enfin ce que l’on nomme gracieusement des tares ou des "maladies" endogènes. Comme tout le monde peut le vérifier, ces théories racistes sociales sont malthusiennes et ont permis à des médecins nazis de se débarrasser de ces "vies qui ne méritent pas d’être vécues" (dixit Adolf) en faisant passer le fourgonnette à gaz.
    L’idée que la maladie est interne est une vieille idéologie qui date des alchimistes du XVIe siècle.
    Ce cher Beschamps n’a donc pas inové, il a simplement copié des affabulateurs qui avaient déjà été mis aux oubliettes à cause de leurs théories plus que farfelues et moyen âgeuses.
    Je me permets de me demander pourquoi les personnes qui répètent à l’envie qu’elles ont vue l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, ne vont pas voir l’ours lui-même ? C’est-à-dire ne font pas leur propres recherches historiques et épistémologiqes. Celà leur éviterait de n’être que de simples échos de la rumeur, surtout si celle-ci se base sur une série d’approximations ésothériques et manque de base réellement scientifique.

    Répondre à ce message

  • arcane • 22/07/2009 - 14:58

    j’insiste peut etre lourdement, mais ceux qui s’élèvent contre des idee séculaires établies passent tres souvent pour des farfelus.

    voici quelques citations

    Une société qui tire le quart de ses revenus économique de la maladie poursuivra, diffamera et, finalement, mettra hors d’état de nuire quiconque voudrait apprendre à ses concitoyens à vivre en bonne santé
    (Gunter Schwab Ecrivain autrichien qui a travaillé avec des prix nobels à l’union mondiale pour la protection de la vie)
    Le DR Albert SCHWEITZER a dit aussi
    Le Vrai médecin est le médecin intérieur.
    La plupart des médecins ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien.

    • Nico • 23/07/2009 - 12:27

      "mettra hors d’état de nuire quiconque voudrait apprendre à ses concitoyens à vivre en bonne santé "

      C’est vrai ca pourquoi les gens tombent malades, ils sont betes, pourquoi il ne font pas comme les biens portant ?

      Et puis dans le meme genre, pourquoi les pauvres ne deviennent pas riches, c’est vrai ca ! il ne font pas d’éffort !

      Un petit rappel à arcane : Les gens ne font pas expres de tomber malades ! Et lorsqu’on a un cancer, le sida, la pneumonie, ... le mieux a faire c’est de se soigner !!!

      Dommage que vous confondiez la rapacité des multinationnales pharmaceutiques et le principe de medecine.

    • thejoker • 23/07/2009 - 14:43

      oui au principe de medecine
      a quand une seule consultation payante à l’année ; les autres visites seraient à la charge du medecin (medecine traditionnelle chinoise)
      a quand une medecine basée que les équilibres énergétiques ?
      comment pensez que la pharmacologie occidentale est au top quand les labo sont vérolés jusqu’à la moelle (les chercheurs des labo, bien evidemment n’evoquons pas leur service marketing) et que les medecins n’ont que un module sur la pharmacologie ?
      j’ai trop vu de medecins ne pas connaitre les principes des maladies, prescrire des médicaments sans en comprendre leur principe d’action, pour penser qu’ils s’impliquent dans la guérison non pas des symptômes mais des pathologies.
      à 80% les généralistes sont des bobo-logues plus proche d’un psychologue de bazar ! et imaginez, en France nous sommes bien lotis il parait...
      Enfin penser que le corps est indépendant de l’esprit c’est faire bien trop de cas des statistiques ce qui est étonnant de votre part (s&p) qui les dénonçait le plus souvent....
      alors vous allez nous dire l’espérance de vie augmente, certes peut etre devrait on parler de survie assise lobotomisée...
      on est loin de "tous les quadra dans l’espace...!"

      a quand une politique de santé publique qui dénoncera la qualité de la vie des retraités ? et favorisera le maintien en forme de tous ?
      il serait temps de sortir du carcan des chiffres officiels sur les vaccinations et de faire la part des choses.

    • thejoker • 23/07/2009 - 14:45

      suite
      enfin l’ironie face aux circonspects relativise toutes vos autres positions, par ailleurs le plus souvent non référencées.

    Répondre à ce message

  • Bertrand Buisson • 22/07/2009 - 15:46

    euh... faut quand même faire attention : on est en pleine pandémie et on discute ici de savoir si on peut se soigner sans avoir recours à la médecine, rien qu’avec son esprit à soi !

    Les irruptions de folie accompagnent t-elle le retour des grandes épidémies ?

    Répondre à ce message

  • arnica • 22/07/2009 - 13:26

    Au moment où approche la date de la diffusion du vaccin Baxter’s A/H1N1 contre le virus de la pandémie grippe, prévue en juillet, un journaliste d’investigation autrichien prévient le monde que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en cours. Jane Burgermeister a récemment intenté une action judiciaire contre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Nations Unies (Onu), et contre plusieurs hauts responsables du gouvernement et des entreprises pour bioterrorisme et pour tentative de meurtre de masse.
    Qu’en pensez-vous ? c’est un article paru dans internet "mondialisation.ca.
    cordialement
    A CAZIER

    Répondre à ce message

  • persea • 22/07/2009 - 12:17

    Un vaccin bricolé à la hâte et qui n’aura pas été testé, je dis : non merci !
    Il y a d’autres moyens de se prémunir contre la grippe, voyez vos médecins et pharmaciens, et après tout c’est le droit de chacun de choisir son mode de soin non ?
    En 1976 les militaires américains ont été vaccinés contre cette même grippe (qui au final ne s’est pas répandue comme prévu), c’est le vaccin qui aurait fait des victimes et non la grippe.

    Il ne reste qu’à voir ce qui est en jeu : $$$$$ + €€€€€

    et on comprend !

    Il est vrai que de nos jours on vaccine beaucoup trop, et un comble, c’est obligatoire. Il ne s’agit pas de se cacher la vue devant l’abus de vaccination.

    Répondre à ce message

  • Jean Christophe • 21/07/2009 - 14:14

    On parle de vaccins alors même que rien est clair, que le virus peut encore muter d’ici l’hiver en Europe.

    En 1976 dans un état des USA une vaccination obligatoire avait fait autant de victimes que la Grippe.

    Pourquoi ?

    Parce que le vaccin n’avait pas été testé et que les autorités était sous lobbys de labos.

    C’est au même maux les mêmes remèdes qui sont employés pour cette pandémie.

    La presse partisanne de l’hypermondialisation n’a pas relayé l’info qu’en Pologne, en 12/08 ils ont testé des vaccins sur des SDF dont bon nombre sont décèdes.
    Cette pandémie est une énorme coïncidence en cette période de crise mondiale qui n’a pas encore tout dévoilé.
    Je sais, encore la conspiration !!!
    Ceci dit une pandémie créer de la peur qui tétanise la masse de tous les débordements qu’une crise pourrait occasionnée.

    Répondre à ce message

  • louis • 21/07/2009 - 11:12

    MODERATION : Précision : Nous ne laisserons pas les commentaires être un relai du lobby anti-vaccination. Certes, les groupes pharmaceutiques ont pu abuser des vaccins à des fins mercantiles, mais ça ne remet en rien en cause le principe de vaccination qui reste scientifiquement valide et humainement efficace. Par ailleurs, S&P encourage vivement les mesures d’hygiène publique comme premier rempart face à la pandémie (qui trouve un terreau fertile dans la baisse générale des conditions de vie dans le Nord comme dans le Sud), mais dans la situation actuelle une population faiblement vaccinée sera un terrain fertile pour le virus, qui ne rencontrera que des corps pas protégés où il se renforcera. Sous couvert du libre choix, c’est tout le monde qui est mis en péril. Et si finalement l’anti-vaccination n’était pas le sabotage meurtrier que certains anti-vaccins ici voient dans la vaccination ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide