Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Grippe A – René Descartes : 3-0

La rédaction
visites
1654
commentaires

25 juillet 2009 (Nouvelle Solidarité)Malheureusement, ce que nous avons annoncé ici se confirme, car à la « une » du journal Le Parisien d’hier on pouvait lire : « Grippe A : le vaccin prend du retard. Alors que les cas de grippe A se multiplient en France, le vaccin ne pourrait être disponible qu’en octobre ou novembre…. »

Si, en dépit de quelques résistances, la plupart des gouvernements du monde se sont concordés à laisser s’installer la pandémie grippale sur tous les continents de la planète – car il ne fallait en aucun cas mettre en cause la mondialisation des flux financiers, des hommes et des biens – on se rend aujourd’hui à l’évidence que cette stratégie fut une erreur suicidaire.

Au lieu de saisir la dynamique vivante spécifique de cette nouvelle pandémie, nos chercheurs et nos hauts fonctionnaires, et surtout leurs ordinateurs, ont tendance à se baser sur des extrapolations linéaires des faits du passé pour modéliser le futur. Erreur fatale. Le virus de la grippe, pourtant un être vivant d’un ordre largement inférieur à la raison humaine créatrice, s’est avéré bien plus malin que les adeptes d’un cartésianisme qui rend l’homme esclave d’une vision de l’espace-temps linéaire et d’un pays dénommé flatland.

Car, en se fondant sur des scenarii du passé, on s’est convaincu que le virus de la grippe n’allait pas trop s’étendre dans notre hémisphère nord (car l’hémisphère sud ça n’émeut plus grand monde), l’été étant a priori une saison peu favorable à son extension. Par conséquent, on espérait disposer largement d’assez de temps pour inventer et produire un vaccin capable de repousser la deuxième vague de la grippe annoncée pour l’automne.

Trois faits démontrent comment la grippe a magistralement battu en brèche cette ligne Maginot cartésienne avec un 3-0 :

  1. Grâce a la mondialisation et le refus de tout protectionnisme, la pandémie a couvert en six semaines un territoire qu’autrefois elle aurait seulement pu conquérir en six mois.
  2. La grippe a lancé une attaque surprise : elle s’est transmise sans se tarir en plein été dans l’hémisphère nord.
  3. La production du vaccin s’avère plus longue que prévue car les rendements de la production des principes actifs (antigènes), qu’ils soient produits à partir d’œufs embryonnées ou de cultures de cellules, ne permettront pas d’obtenir un vaccin avant octobre voir plus tard.

Ainsi, mercredi dernier, notre ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, qui envisageait de préparer le passage au niveau 6 du plan pandémique début septembre a dû se rendre à l’évidence : les vaccins ne seront pas disponibles pour démarrer la vaccination de masse qu’on prépare en France où 94 millions de doses de vaccin ont été commandées.

Interrogé par Le Parisien, le virologue Albert Garcia, qui travaille pour Sanofi-Pasteur, la société française qui produit 40% de tous les vaccins anti-grippaux de la planète, avoue cette échec : « On ne pourra pas livrer avant novembre ». Le producteur suisse Novartis (deuxième producteur mondiale) estime pour sa part qu’avant octobre, rien ne sera disponible.

En attendant, il va falloir se débrouiller avec les moyens du bord : avec des stocks d’anti-viraux (dont 50% seraient périmés, si l’on en croit le rapport du sénateur du Modem du Val de Marne Jean-Jacques Jégou), avec des masques par millions et surtout avec des mesures de santé publique élémentaires : hygiène personnelle et collective, confinement, isolement, quarantaine etc.

Albert Garcia précise que « Si un pic épidémique apparaît en septembre, il faudrait compter sur les mesures sanitaires : la mobilisation des médecins, la fermeture des écoles. Recourir aux vaccins contre le pneumocoque qui protège des complications de la grippe est aussi pertinent. Je pense faire vacciner mes enfants. »

Voilà ce qui doit nous inciter encore plus à exiger un programme « à marche forcée », non seulement pour les vaccins, mais pour en finir définitivement avec Descartes et engager un combat dynamique contre les pandémies.

Vidéo : Non au triage humain : santé publique et population
A lire : La grande aventure des pasteuriens

Voir les 3 commentaires

  • thejoker • 26/07/2009 - 18:13

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/07/26/pour-bernard-debre-la-grippe-a-est-une-grippette_1222942_3244.html#ens_id=1185166

    "Il y a 800 cas répertoriés en France. C’est une plaisanterie ! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ?
    ...
    Il estime qu’en France "les vaccins ne seront pas prêts avant le 15 novembre", c’est-à-dire "lorsque le premier pic de contamination sera passé".
    ...
    Il fallait laisser les laboratoires développer leurs produits et ensuite acheter en fonction de nos besoins", explique-t-il. "Ce qui me paraît plus grave, conclut le médecin, c’est que l’on a réquisitionné des lits d’hôpital et des ambulances pour rien, faisant perdre des chances et du temps à d’autres malades."

    le risque est il réel ou pas ?
    s&p pense selon le principe de précaution ???!!

    et aujourd’hui le val de grâce serait inaccessible au commun des mortels suite au malaise vagual du president...

    • fred • 27/07/2009 - 12:45

      Espérons simplement que le vaccin n’est pas pire que la maladie originale.

    Répondre à ce message

  • zircone • 26/07/2009 - 21:13

    Je suis entièrement d’accord avec vous. Dès le début, j’avais demandé l’isolement des pays atteints, mais l’impératif économique a été le plus fort. Quand à monsieur Debré, cf message précédent, on lui en reparlera quand on comptera les morts. Au début de l’été la grippe espagnole n’était, elle aussi qu’une grippette, mais elle a fait plus de morts que la guerre de 14. Se rend-il compte que ses dires risquent d’amener à encore moins de vigilance ? Quand on est un medecin digne de ce nom, on ne met pas des millions de gens en danger pour régler ses comptes avec le ministre de la santé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide