Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Guerre d’Irak : de nouveaux mensonges dévoilés

La rédaction
visites
779

La guerre contre l’Irak démarra dans la nuit du 19 au 20 mars après que le secrétaire de la Défense Donald Rumsfeld se soit précipité à la Maison-Blanche avec des « renseignements tout chauds » selon lesquels Saddam Hussein se cachait dans un complexe de commandement souterrain dans le sud de Bagdad, appelé « Dora Farms », et qu’il suffirait de tirer quelques missiles pour en finir avec lui.

Il vient d’être confirmé que ces affirmations aussi étaient mensongères. Le colonel Tim Madere, l’officier de l’Armée américaine chargé d’inspecter ce site, a déclaré à CBS Television le 28 mai : « Lorsque nous sommes arrivés ici [à Dora Farms], nous cherchions avant tout une installation souterraine, des cadavres ou des pièces médico-légales. En gros, tout ce qu’on a trouvé, c’étaient des trous géants. Pas d’installations souterraines, pas de cadavres. » Le site fut examiné trois fois - une fois par la CIA et deux fois par Madere - à la recherche de l’ADN de Saddam Hussein. Rien !

Et qu’en est-il des « armes de destruction massive » Le numéro deux du Pentagone, Paul Wolfowitz, a déclaré à Vanity Fair dans la dernière semaine de mai, que la question de ces armes n’avait été invoquée que pour des « raisons bureaucratiques » dans la décision d’attaquer l’Irak. C’était « la seule raison sur laquelle tout le monde pouvait être d’accord ». Quelques jours auparavant, Rumsfeld avait reconnu devant le Council on Foreign Relations de New York, qu’on ne trouverait peut-être jamais d’armes de destruction massive irakiennes.

Par ailleurs, les médias britanniques ont répercuté des « fuites » en provenance de services de renseignement, selon lesquelles leurs dossiers sur l’Irak avaient été « rendus plus sexy » par l’équipe de Tony Blair afin de fournir une justification pour la guerre. Le 30 mai, on a montré à des journalistes du Guardian de Londres un mémorandum faisant état d’une réunion entre Colin Powell et son homologue britannique Jack Straw, ayant eu lieu le 5 février à New York, au cours de laquelle les deux hommes se seraient préoccupés de savoir si les « preuves » de l’existence d’armes de destruction massive en Irak étaient suffisamment convaincantes. Selon la transcription des propos de Straw, ce dernier aurait dit que toute l’affaire « risque de nous exploser à la figure ».

Entre-temps, la situation en Irak est toujours un fiasco. Le commandant des forces terrestres américaines en Irak, le général David McKiernan a déclaré lors d’une conférence de presse le 30 mai : « La guerre n’est pas finie. » Au cours de la dernière semaine de mai seulement, 9 soldats américains ont été tués et McKiernan a annoncé que tous les retraits de troupes prévus avaient été annulés. Cela veut dire que la Troisième Division de l’Infanterie, la première unité déployée, ne quittera pas l’Irak en juin comme prévu. Pour l’instant, il y a 200 000 soldats en Irak et au Koweït, alors que Rumsfeld et d’autres prétendaient que moins de 100 000 suffiraient à l’occupation de l’Irak.

Contactez-nous !