Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Guerre d’Iraq : un dirigeant républicain fait de la résistance

La rédaction
visites
899
commentaire

La direction du Parti républicain au Congrès a montré les premiers signes de fragmentation sur la question de la guerre d’Irak lorsque le député Dick Armey a averti, le 8 août dernier, qu’une attaque contre l’Iraq, sans qu’aucune provocation préalable ne la justifie, violerait la loi internationale et minerait le soutien international dont bénéficie l’administration américaine dans sa volonté de remplacer Saddam Hussein.

Ce geste a de lourdes implications car Armey est non seulement membre du Congrès et chef de la majorité à la Chambre des représentants, il est en outre l’un des principaux conservateurs du pays et des meilleurs alliés de Bush. Comme Lyndon LaRouche l’avait prévu en lançant sa campagne contre le sénateur démocrate Joe Lieberman et le sénateur républicain John McCain, l’affaiblissement de l’influence de ces derniers sur leur parti respectif se répercute sur toute la scène politique américaine : un bouleversement complet des politiques de l’administration Bush pourrait en résulter.

Comme le soulignait le New York Times du 9 août, les déclarations de Dick Armey sont intervenues le jour même où le président iraquien, Saddam Hussein, prononçait un important discours mettant en garde contre une agression américaine. Lors d’une réunion politique tenue à Des Moines, Iowa, Armey déclara : « Si nous tentons d’agir contre Saddam Hussein, aussi nuisible soit-il, sans qu’il y ait une grave provocation de sa part, nous perdrons le soutien des autres Etats-Nations. (...) Je ne crois pas qu’il soit justifié que l’Amérique attaque une autre nation sans provocation (...) Ce ne serait pas en accord avec ce que nous avons été en tant que nation ni avec l’idée de ce que devrait être une nation ». Quant à ce qui devrait être fait contre Saddam Hussein, Armey a déclaré : « Mon opinion personnelle est qu’on devrait simplement le laisser fanfaronner. Qu’il déraisonne et qu’il divague tant qu’il voudra, cela ne regarde que lui et son peuple. Tant qu’il reste à l’intérieur de ses propres frontières, nous ne devrions pas gaspiller notre temps ou nos ressources à tenter de le neutraliser ».

Armey a ajouté que même si l’Iraq refusait d’accepter la venue d’inspecteurs internationaux sur son territoire, cela ne justifierait pas une action militaire. « Selon moi, le fait qu’il ne permette pas l’inspection des armes n’est pas une raison suffisante pour intervenir. Que se passerait-il si les Français décidaient d’inspecter les installations militaires américaines ? ». Armey, qui avait soutenu l’opération « Tempête de Désert », a expliqué que la situation actuelle était différente et que l’on devait respecter les principes de bases de la loi internationale. Il a déclaré que « Saddam Hussein a le droit de régner à l’intérieur de ses propres frontières, aussi détestable soit-il et aussi ridicule qu’il puisse paraître ». Il est ce que nous appelons au Texas un fanfaron et il ne peut s’empêcher de fanfaronner.

Contactez-nous !

Don rapide