Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Handelsblatt : La finance de l’ombre représente une nouvelle bombe atomique

La rédaction
visites
1464

7 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – Un article en date du 3 février du correspondant du quotidien allemand Handelsblatt, Gabor Steingart, revient sur le danger d’une nouvelle explosion du système financier international, réalité clairement mise en lumière par la publication du rapport de la Commission américaine d’enquête sur la crise financière (FCIC), présidée par le démocrate Phil Angelides.

Sans mentionner le « rapport Angelides », Steingart estime lui aussi que la crise actuelle n’est pas du tout résolue et que si l’on ne prévient pas la « prochaine crise », son impact sera celui de l’explosion d’une « bombe nucléaire » entraînant tout dans la destruction.

Sans détailler une alternative viable, l’article évoque cependant des sujets rarement abordés dans la presse allemande et européenne.

D’abord, Steingart constate que, si les hommes politiques semblent infectés par le « syndrome du sauvetage » et se démènent sans compter en faveur du sauvetage des banques, ils portent bien peu d’attention à ces machines à faire du fric que sont les hedge funds [fonds de performance].

Et cela, en dépit du fait que le « volume total de tout les [produits financiers dérivés], "seulement" de 18000 milliards de dollars en 1995, est passé à 400000 milliards de dollars actuellement (x 22), alors que le PIB mondial a seulement doublé sur la même période. »

« A l’heure actuelle, les dérivés sur le pétrole représentent dix fois le volume du pétrole physique sur le marché », affirme Steingart, qui cite le patron de l’autorité des marchés financiers britannique Lord Turner expliquant que « la scène financière s’est déconnectée de la réalité (…) et dispose d’une telle puissance qu’elle peut détruire des industries et des pays entiers ».

« Dans l’ombre, écrit Steingart, existe désormais un endroit où des milliers de milliards de dollars s’écoulent comme la pluie dans le Rhin (…) Des nouveaux risques systémiques se font jour alors que, d’après les autorités américaines, quelque 16000 milliards de dollars circulent dans le "système bancaire de l’ombre" ». Et il ajoute : « En Europe, jusqu’ici, les chiffres officiels ne sont pas encore disponibles ».

« Personne dans le secteur financier ignore ces risques », poursuit Steingart. Pourtant, « Personne s’empêche d’en profiter. Car les banques régulées ont des liens avec ceux qui ne le sont pas, via des chemins opaques. Si le monde est condamné à sombrer, il existe toujours des gens qui chercheront à en tirer leur profit. Samir Asaaf, un cadre dirigeant de la banque HSBC à Londres évoque "la bombe nucléaire" qui se construit là. Elle n’explosera pas, ni aujourd’hui, ni demain. Cependant, ce qui se passera après demain, il ne le dit pas. »

« S’il existe une ressemblance avec la crise financière du passé, c’est l’absence totale de vision de la part de nos dirigeants. Les systèmes d’alerte précoce de la Banque centrale allemande, les régulateurs des marchés et le Ministère des finances sont restés muets à l’heure du danger. Ils resteront muets la prochaine fois. Le jour où la nouvelle crise frappera le monde, elle touchera sévèrement le responsable politique. La crise, qu’il a lui-même créé, le prendra par surprise ».

Implicitement, cette analyse souligne l’urgence d’un changement politique en faveur de ceux qui, en France et aux Etats-Unis, n’ont pas manqué de vision pour vous annoncer sur ce site cette crise et les remèdes à y apporter. Allez-vous les rejoindre avant qu’il ne soit trop tard ?

Signez aujourd’hui l’appel pour un Glass-Steagall global


Pour creuser :

Contactez-nous !