Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 22 février - Sur RTL, Jacques Cheminade affirme avoir atteint les 500 promesses de parrainages Lire Flash : 20 février - Fake News : Jacques Cheminade n’existe pas ! Lire Flash : 20 février - Injustices et dettes illégitimes - Radio S&P 20 février 2017 Lire
AccueilActualité
Brèves

Handelsblatt : La finance de l’ombre représente une nouvelle bombe atomique

La rédaction
visites
1464
commentaires

7 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – Un article en date du 3 février du correspondant du quotidien allemand Handelsblatt, Gabor Steingart, revient sur le danger d’une nouvelle explosion du système financier international, réalité clairement mise en lumière par la publication du rapport de la Commission américaine d’enquête sur la crise financière (FCIC), présidée par le démocrate Phil Angelides.

Sans mentionner le « rapport Angelides », Steingart estime lui aussi que la crise actuelle n’est pas du tout résolue et que si l’on ne prévient pas la « prochaine crise », son impact sera celui de l’explosion d’une « bombe nucléaire » entraînant tout dans la destruction.

Sans détailler une alternative viable, l’article évoque cependant des sujets rarement abordés dans la presse allemande et européenne.

D’abord, Steingart constate que, si les hommes politiques semblent infectés par le « syndrome du sauvetage » et se démènent sans compter en faveur du sauvetage des banques, ils portent bien peu d’attention à ces machines à faire du fric que sont les hedge funds [fonds de performance].

Et cela, en dépit du fait que le « volume total de tout les [produits financiers dérivés], "seulement" de 18000 milliards de dollars en 1995, est passé à 400000 milliards de dollars actuellement (x 22), alors que le PIB mondial a seulement doublé sur la même période. »

« A l’heure actuelle, les dérivés sur le pétrole représentent dix fois le volume du pétrole physique sur le marché », affirme Steingart, qui cite le patron de l’autorité des marchés financiers britannique Lord Turner expliquant que « la scène financière s’est déconnectée de la réalité (…) et dispose d’une telle puissance qu’elle peut détruire des industries et des pays entiers ».

« Dans l’ombre, écrit Steingart, existe désormais un endroit où des milliers de milliards de dollars s’écoulent comme la pluie dans le Rhin (…) Des nouveaux risques systémiques se font jour alors que, d’après les autorités américaines, quelque 16000 milliards de dollars circulent dans le "système bancaire de l’ombre" ». Et il ajoute : « En Europe, jusqu’ici, les chiffres officiels ne sont pas encore disponibles ».

« Personne dans le secteur financier ignore ces risques », poursuit Steingart. Pourtant, « Personne s’empêche d’en profiter. Car les banques régulées ont des liens avec ceux qui ne le sont pas, via des chemins opaques. Si le monde est condamné à sombrer, il existe toujours des gens qui chercheront à en tirer leur profit. Samir Asaaf, un cadre dirigeant de la banque HSBC à Londres évoque "la bombe nucléaire" qui se construit là. Elle n’explosera pas, ni aujourd’hui, ni demain. Cependant, ce qui se passera après demain, il ne le dit pas. »

« S’il existe une ressemblance avec la crise financière du passé, c’est l’absence totale de vision de la part de nos dirigeants. Les systèmes d’alerte précoce de la Banque centrale allemande, les régulateurs des marchés et le Ministère des finances sont restés muets à l’heure du danger. Ils resteront muets la prochaine fois. Le jour où la nouvelle crise frappera le monde, elle touchera sévèrement le responsable politique. La crise, qu’il a lui-même créé, le prendra par surprise ».

Implicitement, cette analyse souligne l’urgence d’un changement politique en faveur de ceux qui, en France et aux Etats-Unis, n’ont pas manqué de vision pour vous annoncer sur ce site cette crise et les remèdes à y apporter. Allez-vous les rejoindre avant qu’il ne soit trop tard ?

Signez aujourd’hui l’appel pour un Glass-Steagall global


Pour creuser :

Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 08/02/2011 - 11:28

    Le patron de l’autorité des marchés financiers britannique Lord Turner explique que « la scène financière s’est déconnectée de la réalité (…) et dispose d’une telle puissance qu’elle peut détruire des industries et des pays entiers ».

    Comment, à un tel poste de pouvoir et de responsabilité, un homme peut-il dire cela comme un constat tel qu’"il fait beau aujourd’hui !" et ne RIEN FAIRE ?

    1° comprend-il les conséquences réelles de ce qu’il avance ?
    2° a-t-il réellement un pouvoir ?
    3° est-ce que ce constat est la conséquence voulue de ce qui a été fait ?
    4° son objectif professionnel atteint, est-il fier de son résultat ?

    Enfin, je ne suis qu’une petite souris et je ne comprends pas toujours ce que fait l’homme, chez nous il n’y a pas de banques, sauf des planques pour le fromage....

    • sousou • 08/02/2011 - 13:00

      Il y a une justice immanente, qu’on le veuille ou non ! Et comme souvent, c’est quand les choses vont à leurs terme que l’on peut dire que l’on sort du gué.
      Obwana, est le Gorbatchev US, sans aucun doute. Me souviens d’une phrase de Nikita Groutchev, qui disait : Les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre ! C’est fait !
      On ne peut diriger des pays comme le faisait les US sans retour de bâton, tout a une fin, sauf les bananes qui en ont deux. LOl

    Répondre à ce message

  • arcane • 08/02/2011 - 13:33

    Nous avons laissé les experts financiers, scientifiques, politiques organiser le monde.
    Laissez nous faire, on s’occupe de tout.
    OUPS c’est la qu’est le probleme, les experts, les techniciens, ont certe des talents de mise en application et de realisation concrete mais en aucun cas ils n’onr la capacité de fixer quelles valeurs doivent constituer et animer notre monde.
    Comment peut on laisser ces techniciens accomplir notre travail et notre travail, c’est tous ceux qui portent en eux
    les valeurs comme le partage, la cooperation, la complementarité, qui veulent un monde ou chacun doit etre en mesure de se nourrir, et de se loger.

    Un monde ou la VIE est respectee, ou chaque acte posé est reflechit avec ses conséquences .
    Quand je dis la VIE c’est toute la VIE, Humaine, Animale Végétale et Minérale. Tout cela participe à une seule conscience indivisible.
    C’est à nous porteur de ces valeurs de décider avec plus de Vigueur car il se trouve que ces porteurs de valeurs ont peur ou ne se sentent pas capable face à ces experts
    qui eux ont cette qualité de volonté, et d’assurance mais ce n’est pas leur rôle.
    Leur Rôle est de developper les details techniques scientifiques politique economiques permettant à ces valeurs fondamentales de prendre forme.
    Nous sommes trop en retrait et ils prennent une place qui n’est pas la leur car l’Univers n’aime pas le vide.
    Osons partout ou nous sommes DE REMETTRE ces experts
    à leur noble place et nous à la notre

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide