Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Hedge funds : une menace à la stabilité financière mondiale

La rédaction
visites
1410
commentaire

Dans son dernier Rapport sur la stabilité financière, publié le 1er juin, la Banque centrale européenne (BCE) lance sa plus sérieuse mise en garde à ce jour contre le secteur des hedge funds. L’effondrement d’un des grands fonds ou d’une poignée de petits, lit-on, est l’un des principaux risques de nouveaux chocs pouvant déclencher des perturbations systémiques sur les marchés financiers.

Outre un « effet de levier potentiellement fort », l’autre source d’inquiétude pour la BCE vient de la tendance des hedge funds à recourir de plus en plus aux mêmes stratégies d’investissement. Cette corrélation des stratégies a augmenté de manière dramatique depuis l’été 2003 et la corrélation des rendements a même « dépassé les niveaux atteints juste avant le quasi-effondrement de Long Term Capital Management en 1998 ». Les retraits, le cas échéant, pourraient suivre le mouvement.

Déjà l’année dernière, au cours du mois d’avril, en raison de la dégradation des obligations de GM et de Ford, puis à nouveau en octobre, nombre de fonds spéculatifs ont subi de lourdes pertes. La part du secteur spécialisée dans la « stratégie d’arbitrage convertible » a perdu en moyenne « quelque 40 % des capitaux gérés en 2005 », note le rapport. Un détonateur possible de nouvelles turbulence serait « le resserrement des conditions de liquidités », c’est-à-dire la hausse des taux d’intérêt. Ceci pourrait amener de nombreux investisseurs à retirer brutalement leurs fonds.

Le rapport de la BCE indique que le retrait massif des marchés émergents serait une source potentielle de difficultés pour les hedge funds. Or on assiste déjà à une telle évolution depuis début mai. Entre le 9 et le 31 mai, l’indice boursier Morgan Stanley pour les marchés émergents a chuté de 15 %, les actions en Turquie ayant chuté de 30 %, celles du Brésil, du Pakistan et de l’Inde de 20 % en moyenne.

Selon un rapport de Reuters du 29 mai, on pourrait parler d’un « mai en effondrement » pour les hedge funds : « Bon nombre des quelque 8000 fonds du monde ont perdu entre 3 et 6 % au cours des trois premières semaines de mai, et certains ont même subi des fluctuations de 10 % ou plus, d’après des investisseurs et chercheurs. » Les pertes s’aggravent et « pourraient déclencher un nouvelle série de fermetures ».

Le 2 juin, l’édition allemande du Financial Times faisait état d’un « document confidentiel » préparé par un « comité spécial de l’Union européenne » et diffusé en haut lieu, exprimant la crainte que la zone euro, en raison du mélange de structures de supervision nationales et supranationales, soit « mal préparée pour un krach financier ». Ce comité est composé de la BCE, de la Commission européenne et des ministres des Finances des pays membres.

Contactez-nous !

Don rapide