Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 24 avril - Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres » Lire Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire
AccueilActualité
Brèves

Hillary Clinton et la crise financière

La rédaction
visites
1578
commentaire

26 mars 2008 (Nouvelle Solidarité) — Alors que la campagne de Barak Obama est, comme prévu, éclaboussée par plusieurs scandales et que la direction de Parti démocrate essaie de faire annuler sa victoire en Floride, (officiellement parce que les primaires ne se sont pas déroulées à la bonne date, et cela même si la population s’est exprimée), Hillary Clinton reste concentrée sur la crise financière.

A Philadelphie, lors de son discours à l’Université de Pennsylvanie, la sénatrice s’est consacrée exclusivement à la crise financière et économique, largement focalisée sur la crise hypothécaire et ses propositions pour la résoudre.

Elle a axé son discours sur les dizaines de millions de familles qui sont frappées de procédures d’expulsions et d’une perte de valeur de leur maison, la dégradation des relations de voisinage et le manque à gagner en impôts pour les villes et les Etats. Polémiquant sur l’Administration Bush, elle s’est étonné qu’avec la Réserve fédérale, ils aient réussit à trouver 30 milliards de dollars pour défendre Bear Stearns et rien pour aider les ménages en situation d’expulsion. Puis, elle a réitéré son appel pour un moratoire de 90 jours concernant les procédures d’expulsion dues aux subprimes et un gel de 5 ans des taux d’intérêt sur les hypothèques à risque.

Clinton a ensuite demandé la mise en place d’une loi, afin que le gouvernement fédéral participe à la restructuration du marché
hypothécaire, tout en reconnaissant que ce ne serait pas suffisant. C’est pourquoi elle appelle à la création d’un « groupe de travail d’urgence sur les expulsions », un groupe non-partisant.

Elle a conclu son discours en évoquant le président Franklin Delano Roosevelt, appelant à des actions rapides pour résoudre la crise.

  • Pour approfondire sur la crise financière, cliquez ICI
  • Pour approfondire sur le HBPA, cliquez ICI
  • Pour approfondire sur Mickael Bloomberg, cliquez ICI
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide