Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Hillary Clinton imposera-t-elle une « convention ouverte » ?

La rédaction
visites
818

8 août 2008 (LPAC) — A moins de trois semaines de la Convention démocrate qui doit se tenir à partir du 25 août dans la ville de Denver dans l’Etat du Colorado, les medias sont obligés de revenir sur le rôle d’Hillary Clinton. Un échange, qu’on peut visionner sur Youtube, entre la candidate et ses supporters qui a eu lieu le 31 juillet à Palo Alto en Californie, a provoqué un véritable tsunami sur la toile.

On y voit Hillary Clinton qui répond aux questions relatives à la bataille pour placer son nom parmi les candidat(e)s susceptibles d’emporter l’investiture démocrate en obtenant une majorité de voix de délégués lors de la Convention. Au lieu d’une « grande messe » médiatique d’intronisation d’Obama, Mme Clinton est convaincue que seul un respect de la procédure officielle d’un vote à la Convention permettra d’unifier réellement le parti. Elle précise également que pour inscrire son nom parmi les candidats à l’investiture, c’est aux délégués d’en prendre l’initiative car ils n’ont point besoin de permission. Elle a aussi souligné qu’elle n’est pas entièrement maîtresse de ce processus.

Voici quelques extraits :

Hillary Clinton : « Il s’avère que je crois que nous allons en ressortir plus forts si les gens voient que leurs voix et leur convictions sont représentés. Je pense c’est ce qui est important si nous voulons sortir unifié [de la Convention]. Parce ce que je sais, par ce que j’entends dire, je sens qu’il existe un énorme désir refoulé. Et je pense que les gens veulent avoir le sentiment, ‘Bon, c’est une catharsis, nous sommes là, on l’a fait, et ensuite tout le monde se rallie derrière le sénateur Obama’. Voila ce que la plupart des gens pensent être la meilleure façon d’agir. Aucune décision n’a été arrêtée. Et donc nous essayons de mettre de l’ordre dans tout cela en travaillant avec le DNC [le direction du parti] et la campagne d’Obama ».

A savoir si cela était un procédé normal de négocier ces questions par l’intermédiaire du DNC et son concurrent, Hillary Clinton a répondu : « J’ai rebondi plus vite et j’ai fait bien plus en faveur de mon concurrent, qu’un quelconque candidat dans une campagne comparable. La plupart d’entre eux n’ont pas appelé à soutenir un candidat quelconque avant la Convention. Teddy Kennedy, Gary Hart, Jerry Brown ont attendu jusqu’à la Convention, ont maintenu leurs délégués et ont mené des batailles pour définir la plateforme du parti, des règles ou des accréditations »

Quand ses supporters continuaient à insister pour qu’elle inscrive son nom à l’investiture, elle a précisé : « les délégués peuvent faire cela tout seul. Ils n’ont pas besoin de permission. Ils ont le droit de le faire d’après les règles du DNC… »

On lui demande alors, ce qui se passerait, si lors du scrutin à la convention elle emportait la nomination. « Ca n’aurait pas lieu » disait elle, « ça n’aurait pas lieu ». [Elle rit]

« Je veux dire que ce que nous cherchons à accomplir pour le sénateur Obama, c’est qu’il soit investi par une Convention uni de démocrates. Et comme je l’ai dit, la meilleure façon, je pense – et je pourrais me tromper – mais la meilleure façon pour y arriver c’et d’avoir une stratégie pour que les délégués soient convaincus qu’ils ont un rôle et que leur légitimité soit validée. C’est aussi vieux, vous savez, que la tragédie grecque. Vous savez, il y a une catharsis. Je veux dire, tout le monde se rassemble, et vous savez, tous veulent crier et gueuler et avoir leur mot à dire, et je pense que tout cela doit pouvoir se faire. Parce que ensuite, vous, et tout le monde peut se dire, ‘Bon, très bien, maintenant allons y pour la victoire’. Et c’est ce sentiment que nous voulons donner aux gens. On ne veut aucun démocrate dans le hall ou dans le stade qui se dit en rentrant, ‘Vous savez, je ne suis pas satisfait, je ne suis pas heureux’. Parce que c’est cela que j’essaie d’éviter ».

Une supportrice de Clinton lance alors : « Nous aurons l’unité si nous pouvons voter pour vous lors du premier tour du scrutin [de la Convention]. La militante soulignait que même certains supporters d’Obama avaient signé la pétition pour placer le nom de Mme Clinton parmi les candidats à l’investiture. C’est alors qu’Hillary Clinton a répondu : « comme vous pouvez le comprendre, je ne suis pas entièrement maître de ce processus ».

Puisque ce dialogue a provoqué un tsunami sur Internet, la campagne de Mme Clinton et celle d’Omaba ont publié un communiqué commun disant qu’ils « travaillent ensemble pour garantir que la campagne d’automne et la Convention soient un succès. A la convention démocrate, nous allons garantir que les voix de tous ceux qui ont participé à ce processus historique soient représentées et que notre parti puisse être totalement uni pour l’élection de novembre ».

A voir : Document vidéo "1932" [en anglais], ou comment Franklin Delano Roosevelt s’est imposé lors de la convention ouverte en 1932.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !