www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Hillary Clinton veut bannir les Sociétés militaires privées

La rédaction
1295 visites

Le 7 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) – Dans une déclaration postée sur son site de sénatrice, Hillary Clinton se déclare désormais co-sponsor d’un projet de loi visant à bannir Blackwater et autres Sociétés militaires privées (SMP) en Irak. Elle rappelle que « dès le tout début de cette guerre, cette administration a permis à des milliers de sous-traitants de défense lourdement armés de traverser l’Irak sans être tenus responsables devant une quelconque cour. Ces compagnies privées se sont montrées peu scrupuleuses et ont compromis notre mission en Irak. Le moment de leur montrer la porte est arrivé depuis longtemps. Nous devons cesser de remplir les coffres de ces sociétés en Irak et assurer que le personnel en armes dans ce pays soit entièrement responsable devant la loi américaine et se soumettre aux ordres du gouvernement américain. »

Le site d’Hillary précise que « la loi exige que tout officiel travaillant dans des missions diplomatiques ou consulaires américaines puisse bénéficier de services de sécurité dépendant de l’Etat américain. Ce dispositif comprend également une clause de protection pour ceux qui souhaitent dénoncer de graves dysfonctionnements, des actions criminelles ou des violations des droits de l’homme commises par les services en question. »

Par sa déclaration, Hillary Clinton se rallie à Jan Schakowsky et Bernie Sanders, deux démocrates qui cherchent depuis longtemps à mettre fin aux agissements de Blackwater et de sociétés semblables.

« Hillary Clinton est devenu la figure politique la plus importante à prendre position en faveur de l’interdiction de Blackwater et d’autres compagnies militaires privées opérant en Irak », commentait Jeremy Scahill, l’auteur du bestseller Blackwater : la montée de l’armée de mercenaires la plus puissante du monde, dans un article paru dans The Nation le 18 mars.

« En tant que Présidente, je demanderais à l’Etat major de m’aider à réduire le rôle des sociétés militaires privatisées dans le but, en définitive, de les éliminer de la scène », disait Hillary dans un discours de politique le lundi 17 mars. Clinton a attaqué Obama sur cette question en précisant que « le sénateur Obama et moi-même avons un désaccord substantiel sur cette question. Lui n’exclut pas de continuer à faire appel à ces sociétés militaires privatisées, pour qu’elles fassent le travail que l’armée américaine ou le personnel du gouvernement des Etats-Unis accomplissaient historiquement. »

L’attaque d’Hillary sur les SMP et Blackwater est faite en réponse au premier article de Scahill paru dans The Nation le 27 février. Dans « la position mercenaire d’Obama », il rapportait qu’un conseiller en politique étrangère d’Obama avait confié à The Nation qu’Obama, une fois élu président, « n’excluait pas » de faire appel à Blackwater à travers le monde et en Irak. Ce conseiller avouait aussi qu’Obama n’avait pas l’intention de soutenir le projet de loi qui vise à mettre fin à l’emploi de telles armées mercenaires, dans des zones de guerre américaines, à partir de janvier 2009, à la suite de l’inauguration du nouveau président américain. La campagne d’Obama affirme vouloir simplement rendre les SMP « responsables », tout en augmentant le budget du service spécifique au Département d’Etat qui emploie Blackwater et consorts.

Pour la campagne d’Obama, le moment choisi de la déclaration est suspect, puisque Madame Clinton a siégé pendant cinq ans comme membre de la Commission de la défense et n’a rien entrepris alors pour mettre un terme aux agissements de Blackwater et autres sociétés du même type opérant en Irak, en Afghanistan et ailleurs.

Vendredi dernier, l’administration Bush a renouvelé le contrat de Blackwater qui arrivait à échéance le 7 mai, et ceci en dépit de l’enquête du FBI sur les agissements du groupe, responsable d’avoir tué sans raison plusieurs civils en Irak.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet