Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Hyperinflation : « garantie explicite » offerte aux actifs immobiliers pourris

La rédaction
visites
2014

18 août 2010 (Nouvelle Solidarité) – Après que la Réserve fédérale américaine ait montré, la semaine dernière, sa volonté de renflouer sans limite la montagne d’actifs toxiques détenus par Wall Street, le Trésor américain a annoncé hier qu’il garantirait explicitement les 3500 milliards de dollars de MBS, ces actifs titrisés adossés aux prêts hypothécaires. Faire fonctionner la planche à billet dans de telles proportion est le plus court chemin vers une hyperinflation qui n’épargnera ni l’Europe, ni le reste du monde.

Lors du sommet sur la bulle immobilière organisé hier à Washington par le secrétaire au Trésor d’Obama, Tim Geithner, la mafia de Wall Street a exigé que tous ses montages financiers adossés au marché de l’immobilier soit assurés par la puissance publique. Bill Gross, Pdg du premier fond obligataire mondial PIMCO, a exigé « la nationalisation totale de la finance hypothécaire » ! « L’économie arrive dans un cul-de-sac, a t-il déclaré, nous avons besoin d’un stimulant positif. Il faut refinancer toutes les hypothèques à des taux plus bas et garantir tous les MBS qui leur sont adossés. » Au nom de Wall Street, Gross, qui avait annoncé la semaine dernière que PIMCO avait accru ses positions sur ces titres toxiques, exige donc une garantie sur le prix des MBS, c’est-à-dire l’engagement des autorités publiques de racheter au prix fort ces titres que les banques n’ont pas voulu déprécier depuis 2007. Avant lui, Barbara DeSoer, directrice des opérations immobilières de Bank of America avait appelé à « une garantie explicite des MBS ». Pour conclure le débat, Tim Geithner a donc fait part de sa découverte : « il semble qu’un consensus soit en train d’émerger » ! Le secrétaire au Logement de l’administration Obama ajoutant aussi : « il y a comme un consensus pour une garantie explicite, plutôt qu’implicite, sur les MBS ».

Si Geithner, Bernanke (Président de la Réserve fédérale) et Obama décident d’émettre 3000 milliards de dollars pour absorber ces actifs pourris, nous pouvons dire au revoir au système et bonjour à Weimar.

A ce stade-ci, il n’y a plus qu’une seule solution : virer Obama pour procéder à la liquidation sans condition des spéculateurs et de leurs « actifs ». Porteur de cette initiative, l’économiste rooseveltien Lyndon LaRouche tente d’organiser une riposte institutionnelle avec l’appui d’un peuple américain en colère. Les européens honnêtes doivent se mobiliser pour faire de même.


Action :


Contactez-nous !