Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Il était une fois en Libye, il y a 70 ans...

visites
1166

En cette période de fronde mondiale des peuples contre un empire financier qui a rendu la vie humaine impossible, nous devons faire revivre dans nos esprits ces moments de l’histoire où des forces a priori « faibles » ont mis en déroute les « puissants ».

Il y a exactement 70 ans jours pour jours, les Français libres du général Leclerc prêtaient serment en plein désert libyen de ne pas déposer les armes avant d’avoir libéré Strasbourg. C’était le serment tenace de Koufra, une oasis stratégique tenue par une armée mussolinienne bien mieux équipée que la colonne « de bric et de broc » des FFL. Après avoir traversé 1700km de désert en ce mois de janvier 1941, ces quelques dizaines de soldats français – âgés d’une vingtaine d’années – accompagnés de deux centaines de tirailleurs sénégalais, s’approchent de Koufra. Malgré un équipement de fortune, leur faible puissance de feu – un seul canon et quatre mitrailleuses – et leur faible nombre, la moitié d’entre eux vont mettre en fuite la puissante compagnie motorisée italienne « sahariana di Cufra » pendant que les autres partent à l’assaut du fort de Koufra. Ils utiliseront la ruse et le harcèlement pour défaire la garnison italienne. N’ayant donc qu’un seul canon, Leclerc le fit changer de position en permanence pour que les Italiens se croient cernés par toute une division d’artillerie.

Partis de nulle part avec presque rien, Leclerc et ses hommes enlevèrent la première victoire des forces du général de Gaulle dans cette guerre mondiale. La colonne Leclerc poursuivit sa route et tint son serment, libérant Paris et Strasbourg, chemin qui les mena jusqu’à la prise du nid d’aigle d’Hitler en mai 1945.

Leclerc n’était personne lorsqu’il fut envoyé au Tchad en décembre 1940 pour mener les FFL, tout comme de Gaulle lorsqu’il rallia Londres ou les milliers de Français libres qui rompirent avec la peur, la soumission et l’impuissance en rejoignant le combat. Ces forces étaient faibles, minoritaires, mais inattendues.

A leur époque, ils étaient vus comme des fous, mais ils n’étaient que les précurseurs d’un ferment et d’un soulèvement patriotique qui gagna l’ensemble du peuple et changea le cours de notre histoire.

Contactez-nous !