Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

In memoriam : Maxim Ghilan, un combattant pour la paix

La rédaction
visites
796

Le 2 avril, Maxim Ghilan, un ami politique et personnel du mouvement de LaRouche depuis plus de vingt ans, est décédé en Israël, après avoir consacré toute sa vie à la paix entre Israël et Palestine. Parmi ses amis, il comptait feu Yasser Arafat.

Maxim était né en France en 1931, d’un père banquier français et d’une mère berlinoise qui avait travaillé au ministère allemand des Affaires étrangères. Sa famille s’installa plus tard en Espagne, où son père servit le gouvernement républicain avant d’être assassiné par les fascistes franquistes. En 1944, Maxim s’installa en Israël où, encore jeune homme, il devait rejoindre le groupe extrémiste Stern Gang. Cependant, peu après la guerre israélo-arabe de 1948, déçu par ce groupe et par toute la politique nationaliste de droite, il s’en détourna sans toutefois éprouver beaucoup de respect pour le parti travailliste. Maxim commença à se battre, de tout son cœur, pour la paix entre Arabes et Juifs. Ayant quitté Israël en 1969, il s’installa à Paris où, avec le soutien de son oncle Nahum Goldman, il fut l’un des premiers Israéliens à établir des liens avec l’OLP.

En 1981, Mark Burdman, de l’EIR, contacta Maxim Ghilan, entamant ainsi une collaboration fructueuse avec le mouvement larouchiste international, émaillée de nombreuses rencontres avec Lyndon et Helga LaRouche. Après la signature des accords d’Oslo, il retourna en Israël. En novembre puis en février derniers, Maxim se rendit aux Etats-Unis où il eut, entre autres, des discussions approfondies avec le Mouvement des jeunes larouchistes et l’équipe de l’EIR. Maxim a été enterré le 5 avril au Kibbutz Einat, dans les environs de Tel Aviv. Le président de l’Autorité nationale palestinienne, Abou Mazen, a envoyé un message de condoléances qui fut lu, en hébreu et en arabe, lors de la cérémonie.

Contactez-nous !