Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Industrie automobile : Delphi poursuit sa politique d’affrontement et de pillage

La rédaction
visites
1071

Le principal avocat de Delphi, Jack Butler, du cabinet Skadden Arps, a eu l’aplomb de demander le 9 mai au juge des faillites Robert Drain d’autoriser l’équipementier à rompre son contrat avec les syndicats UAW (travailleurs de l’automobile) et IUE (travailleurs de l’électricité) et à fermer la plupart de ses unités de production en Amérique du Nord. « Delphi doit avoir la possibilité de changer le status quo. D’une manière ou d’une autre, il y aura un changement fondamental », déclara Butler. « Il n’y a pas de coup de baguette magique qui fera disparaître la concurrence. Il n’y a pas de baguette magique qui nous ramènera des emplois industriels bien rémunérés. » Selon le Detroit Free Press du 9 mai, Butler estime que, s’il est impossible de parvenir à un accord avec les syndicats et General Motors, il n’a pas d’autre choix que la liquidation.

Le plan de restructuration de Delphi prévoit la fermeture de 25 usines sur 34 en Amérique du Nord et l’élimination de 23 000 emplois productifs sur un total de 33 000. Delphi demande aussi au juge d’autoriser une réduction draconienne des salaires : de 27 à 16,50 dollars de l’heure, voire, en l’absence d’une contribution significative de GM, à 12,50 dollars.

Butler intervient pour le compte des « tueurs à gage économiques », spécialistes de la destruction des capacités productives de l’Amérique. Son CV indique qu’il a été impliqué dans « la restructuration (...) de la société Enron », exemple même d’une entreprise de pillage organisé. Butler co-dirige « l’équipe mondiale de restructuration » du cabinet Skadden Arps Slate Meagher & Flomm. Dans le cadre d’une « restructuration » de ce type, on oblige l’entreprise à se déclarer en faillite pour mieux la dépouiller de ses actifs. Butler se vante d’avoir représenté US Airways dans sa restructuration, en 2002, qui a rapporté 1,24 milliard de dollar de liquidités, tout en écrasant les syndicats.

En même temps, Delphi sollicite du juge des faillites son approbation pour le versement de 60 millions de dollars de « primes de rendement » à 14 000 dirigeants de la société. Cette somme vient s’ajouter aux 36 millions déjà accordés. Des mouvements de grève de solidarité sont prévus dans les usines.

Contactez-nous !