Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Inondations en Europe : Helga Zepp-LaRouche demande l’abrogation immédiate du traité de Maastricht

La rédaction
visites
718
commentaire

Dans une déclaration faite le 15 août à Berlin, Helga Zepp-LaRouche, présidente du Mouvement des droits civiques-Solidarité et tête de liste pour les élections au Bundestag en Allemagne, a demandé de mettre immédiatement un terme au traité de Maastricht, afin de pouvoir rebâtir les régions allemandes touchées par les inondations de la semaine dernière.

« Pour réparer aussi rapidement que possible les dommages qui vont coûter des milliards d’euros (...), et pour aider les familles touchées à rebâtir leur maison, a-t-elle déclaré, nous devons immédiatement lancer les mesures proposées au début des années 30 par l’économiste allemand Wilhelm Lautenbach afin de lutter contre la dépression mondiale, politique qui fut plus tard appliquée avec succès par le président Franklin Roosevelt aux Etats-Unis. Même l’actuel chancelier Schröder a dû admettre, lors de sa visite dans la région, que l’aide financière offerte jusqu’ici sera insuffisante. Je le soutiens entièrement quand il affirme que les moyens financiers nécessaires ne peuvent pas être mobilisés dans le cadre des « critères de Maastricht ». Toutefois, en reconnaissant ce fait, je l’appelle urgemment à en tirer les conclusions correctes et à commencer, avec les pays partenaires européens comme l’Italie ou la France, l’abrogation immédiate du « Pacte de stabilité ». J’ai rejeté dès le début ce Pacte de stabilité et je l’ai activement combattu depuis.

« Dans les capitales européennes - y compris Berlin - certains ont réfléchi depuis quelques temps sur la façon de contourner ces critères de Maastricht. Le gouvernement italien vient de décider de rediscuter des principes directeurs du « Pacte de stabilité » ; le ministre italien de l’Economie et des Finances, Giulio Tremonti, et (...) ses collègues (...) ont demandé (...) de changer l’« orientation » de ce pacte et, par-dessus tout, de se débarraser de cette camisole de force afin de permettre rapidement des investissements d’infrastructure nécessaires pour l’économie européenne - et ses citoyens. »

Mme Zepp-LaRouche a insisté sur le fait que l’abolition du traité de Maastricht, « ainsi que la mobilisation de la Kreditanstalt für Wiederaufbau pour la création d’emplois productifs, ne peuvent être qu’un premier pas ». La crise systémique mondiale nécessite une réforme monétaire globale.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 septembre le monde
en devenir

Don rapide