Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Inquiétude de la Fed sur les « risques systémiques »

La rédaction
visites
761

Le 25 mars, Timothy Geithner, président de la Réserve fédérale de New York, a prononcé un discours devant la Bankers Association de New York sur les « changements et défis auxquels le système financier américain doit faire face ». Bien que le système « semble raisonnablement sain » à l’aune des mesures conventionnelles, dit-il, il existe de « nouveaux défis. »

« Parmi ces défis, il y a ceux relatifs à la complexité de la gestion des risques financiers et opérationnels ou à la concentration dans des marchés critiques, (...) et à la dynamique de marché qui amplifie une tendance en temps de stress. » Le marché des produits dérivés en est un exemple : « Un nombre relativement restreint de courtiers, par exemple, participent dans une très large mesure aux transactions de gré à gré, et le degré de concentration est supérieur sur des marchés spécifiques comme celui des options sur les taux d’intérêt. » En fait, dit Geithner, pour des institutions fortement exposées aux risques, il est « difficile d’obtenir une image claire » de cette exposition.

Geithner en vient ensuite à parler des géants de prêts hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, et de leur engagement sur les marchés à terme. « La croissance des entités hypothécaires parrainées par le gouvernement [Fannie Mae et Freddie Mac] engendre un haut degré de concentration sur un marché aux implications systémiques très larges. La concentration (...) accroît nécessairement la vulnérabilité du système vis-à-vis d’une perturbation opérationnelle ou financière dans une seule institution. (...) Dans la mesure où le même groupe d’entreprises joue un rôle dominant sur des marchés multiples, une telle concentration peut créer des liens entre marchés » et ceci pourrait influer sur le fonctionnement du système financier dans des conditions de grand stress.

Pour Geithner, le déficit budgétaire des Etats-Unis représente aussi un risque pour le système financier. Risque aggravé par l’ampleur du déficit du compte courant et du « niveau sans précédent de financement qu’il reflète. » Signalons que la Réserve fédérale de New York a souvent été appelée à jouer un rôle décisif dans des situations de rupture financière systémique. A l’automne 1998, elle avait, par exemple, coordonné le renflouement du hedge fund LTCM par les seize premières banques mondiales. Quelques mois plus tard, le directeur du FMI, Michel Camdessus, admit que la faillite de LTCM avait failli entraîner l’effondrement du système financier international.

Contactez-nous !