Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Inquiétudes sur le front des hedge funds

La rédaction
visites
809
commentaire

Peu avant la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-7 à Londres, les 2 et 3 décembre, le Financial Stability Forum a organisé deux « groupes de travail informels » réunissant des cadres supérieurs de hedge funds et de grandes banques, ainsi que des autorités de supervision. Le premier s’est réuni le 22 novembre à Londres, l’autre le 28 à New York, sous le parrainage de la Security and Exchange Commission (SEC). Le thème central des deux réunions était la « gestion de risques » par les hedge funds et leurs partenaires, en particulier en matière de produits dérivés de crédits, un marché en expansion rapide.

Gerald Corrigan, président du « Counterparty Risk Management Policy Group II », a repris le même thème dans une interview parue dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 2 décembre. Malgré un verbiage qui se voulait « rassurant », l’ancien directeur de la Réserve fédérale de New York a néanmoins reconnu que tout désastre au niveau des produits dérivés d’une quelconque grande banque pourrait menacer l’ensemble du système. Corrigan s’est dit préoccupé par les modèles informatiques de gestion des risques utilisés par les banques. Conçus pour répondre aux exigences des traders, il est donc « indispensable » qu’ils soient contrôlés « de l’extérieur » afin de détecter des risques potentiels.

Interrogé sur les possibilités d’un autre « choc sur le système financier » dans son ensemble, Corrigan estime que cette probabilité a diminué ces dernières années, tout en admettant que si un choc systémique se produisait aujourd’hui, les dommages potentiels seraient beaucoup plus importants que par le passé. La plus grande menace pour le système financier serait sans doute l’activité des produits dérivés, compte tenu notamment du processus de concentration dans le secteur bancaire. « Le cœur du système financier international est actuellement composé d’un nombre relativement limité d’institutions très grandes et complexes. Ces institutions dominent plusieurs secteurs comme le marché des produits dérivés. Qu’une seule de ces institutions ait un problème qui menace son existence, et les marchés financiers seraient confrontés à un défi immense. »

Contactez-nous !

Don rapide