Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Inscriptions en masse sur les listes électorales

La rédaction
visites
817
commentaire

Aux Etats-Unis comme dans d’autres pays, pour pouvoir voter, le citoyen doit être inscrit sur les listes électorales. Au cours des dernières décennies, dans de nombreuses régions, seules 50 % des personnes ayant le droit de vote étaient effectivement inscrites. Or, cette année, on assiste à une intense mobilisation pour inciter les gens à s’inscrire, notamment parmi la base deémocrate de certains Etats pivots comme l’Ohio, où les jeunes larouchistes (LYM) sont déployés en force. Bien entendu, cette mobilisation inquiète les dirigeants républicains, car elle risque de déjouer leur stratégie électorale.

Le 26 septembre, le New York Times a publié en première page un article de Ford Fessenden intitulé : « Forte augmentation de nouveaux électeurs dans les Etats en balance », qui examine le cas de deux Etats clés, l’Ohio et la Floride. Dans les deux cas, on constate une augmentation considérable des nouvelles inscriptions dans des zones traditionnellement démocrates, contre un très faible accroissement dans les fiefs républicains. Dans l’Ohio, il ressort d’une étude comté par comté que, depuis janvier, l’inscription électorale dans les milieux démocrates a augmenté de 250% par rapport à la même période de 2000. Le comté de Cuyahoga, où se trouve l’agglomération de Cleveland, a vu une hausse de 150% des nouvelles inscriptions par rapport à 2000, alors que la moyenne est de 25% dans des quartiers à dominante républicaine. La date limite des inscriptions dans l’Ohio était le 4 octobre.

Une étude similaire menée en Floride montre que, dans les zones traditionnellement démocrates, les inscriptions ont augmenté de 60% par rapport à 2000, contre 12% dans celles dominées par les républicains. Selon l’Associated Press, dans la ville de Philadelphie, le bureau des élections a dû « emprunter » des employés d’autres administrations municipales pour faire face aux nouvelles inscriptions, qui sont les plus fortes depuis vingt ans, et ces employés ont dû commencer à faire des heures supplémentaires deux mois plus tôt que d’habitude.

En Virginie occidentale, dans l’Ohio et le Colorado également, certains comtés ont embauché des employés spécialement pour faire face à la vague d’inscriptions. Dans le comté de Miami-Dade, le taux d’inscriptions dépasse de 65% celui de 2000. Comme le note l’article du New York Times, les instituts de sondage ne tiennent aucun compte de ce facteur qui risque de créer des surprises en novembre.

Les républicains tentent donc de riposter à leur façon. Pour faire oublier leurs propres tactiques notoires visant à décourager les gens de se rendre aux urnes et à supprimer des noms, certains dirigeants accusent les démocrates de vouloir voler l’élection présidentielle de novembre en forçant les gens à s’inscrire. Par exemple, le site de droite NewsMax.com cite un « haut stratège républicain » qui fustige les énormes sommes dépensées cette année pour obtenir des inscriptions électorales et inciter les gens à voter ; NewsMax ajoute que « les républicains pensent que ceci jettera les bases, non d’une victoire démocrate, mais d’un vol électoral le 2 novembre . »

De son côté, le Washington Times cite des dirigeants républicains qui estiment que les démocrates vont déployer environ 25 000 avocats le jour du scrutin pour surveiller le décompte et exiger, le cas échéant, un recompte en cas de fraude ou d’irrégularités. C’est toutefois moins que les 30 000 avocats que le Parti républicain a, semble-t-il, déjà mobilisés pour le 2 novembre. Dans l’Ohio, il dépêchera 25 avocats dans la seule ville de Columbus pour contester d’« éventuels abus ».

L’inquiétude des républicains se reflète aussi dans les tentatives de torpiller les inscriptions au moyen de tracasseries bureaucratiques. A titre d’exemple, Kenneth Blackwell, secrétaire d’Etat de l’Ohio, a donné l’ordre à tous les bureaux de vote des comtés de veiller au strict respect d’une clause prévoyant que les cartes d’enregistrement soient imprimées sur un papier cartonné spécial très épais et difficile à trouver sur le marché normal. Cela veut dire que des milliers d’électeurs potentiels risquent de ne pas recevoir leur carte à temps pour le 2 novembre.

Les élections américaines sous surveillance

Dans une chronique parue dans le Washington Post, l’ancien président Jimmy Carter a dénoncé le processus électoral « suspect » en Floride qui, selon lui, ne respecte pas les dispositions internationales en matière d’élections démocratiques. Il note en particulier que le secrétaire d’Etat de Floride, Glenda Hood, censé veiller au bon déroulement du scrutin, est « fortement partisan » en faveur de Bush. En outre, l’Etat a déjà tenté d’exclure injustement 22 000 Afro-Américains des listes électorales.

De son côté, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui est chargée de surveiller le processus électoral de ses Etats membres (dont les Etats-Unis), a décidé d’envoyer des observateurs aux Etats-Unis pour l’élection présidentielle de cette année. Rappelons pourtant qu’elle avait refusé d’envoyer des observateurs lors de la présidentielle de 2000, dont le candidat démocrate Lyndon LaRouche avait été illégalement exclu.

Par ailleurs, les républicains ont essuyé un revers concernant l’utilisation de machines à voter à écran tactile. Un décret d’urgence va être rédigée ordonnant aux comtés dotés de machines électroniques d’y raccorder une imprimante et degarder une trace sur papier des votes, de façon à pouvoir effectuer un recomptage manuel en cas de litige. Le député démocrate Wexler a noté que « le gouverneur [Jeb] Bush est un grand perdant dans cette décision, car il a absolument refusé de préparer la Floride à une élection honnête et équitable . »

Contactez-nous !

Don rapide