Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Irak : Blair à l’abri de la justice pendant trente ans

La rédaction
visites
924

15 juillet 2008 (LPAC) — Les diplomates des Nations unies sont furieux devant la décision de fermer l’agence de l’ONU chargée de la surveillance des armes en Irak (UNMOVIC), sans même l’autoriser à remettre son rapport confirmant que l’Irak ne disposait d’aucune arme de destruction massive, pas plus qu’il ne cherchait à en fabriquer, au moment où la coalition menée par les Anglo-Américains envahit le pays et renversa Saddam Hussein en 2003.

Aucune résolution ne fut adoptée pour finaliser la fermeture de l’UNMOVIC, qui existe depuis dix-sept ans et avait retiré ses inspecteurs au début de l’invasion. Il n’y eu qu’une lettre du secrétaire général Ban Ki-moon, ainsi qu’un « rapport » du Conseil de sécurité décrivant la mise en oeuvre d’une résolution bien vague élaborée en 2007.

Lyndon LaRouche a dénoncé cette décision le 9 juillet, y voyant une manière de couvrir les méfaits de Tony Blair et George W.Bush : « Blair est l’auteur de la guerre. Il n’y a jamais eu d’armes de destruction massive, et maintenant on essaie d’enterrer cette conclusion [de l’UNMOVIC]. L’administration Bush essaie de couvrir ce qui a déjà été dévoilé, c’est une couverture rétroactive du fait que la guerre a été lancée pour un motif frauduleux. Tous ces gens sont morts pour rien. Tout cet argent dépensé aurait pu financer des hôpitaux. Mais tout a été orienté sur une guerre qui n’aurait jamais dû être déclenchée. Malgré l’étouffement de l’assassinat du Dr Kelly, Blair a lancé la guerre sur un mensonge. »

Selon une source haut placée à l’ONU, le Conseil de sécurité a convenu fin juin 2008 de fermer complètement l’UNMOVIC, de transférer son budget à d’autres fonds pour l’Irak gérés par l’ONU et de sceller pour 60 ans toutes les archives « ultra-sensibles » concernant les inspections d’armement, et pour 30 ans pour les informations « sensibles ». Cela fournit, bien sûr, une excellente protection à Tony Blair, Georges W. Bush et Dick Cheney, tous trois démasqués pour avoir falsifié et exagéré les rapports concernant les armes de destruction massive en Irak afin de pouvoir lancer la guerre. Le Conseil de sécurité, selon une autre source officielle de l’ONU, a décidé de ne pas adopter de résolution parce que toute cette affaire est si gênante pour les Nations unies que plusieurs des membres permanents souhaitent que tout ce qui a trait à l’Irak « disparaisse sans bruit ».

En effet, les Cinq permanents n’avaient pu se mettre d’accord sur certaines questions critiques. Ainsi, la Russie voulait que la résolution de 2007 mentionne explicitement le fait qu’aucune arme de destruction massive n’avait été trouvée en Irak au moment de l’invasion, ni après, mais les États-Unis et le Royaume-Uni s’y opposèrent. Notre source officielle de l’ONU pense aussi que ce sont les Britanniques et les États-Unis qui ont bloqué la divulgation du rapport final de l’UNMOVIC. La Russie insistait pour que les dossiers de l’UNMOVIC soient mis à la disposition des membres de l’ONU, alors que le Royaume-Uni et les États-Unis voulaient faire accepter comme documentation définitive le « rapport Duelfer », réalisé par le Groupe de surveillance de l’Irak (ISG) au sein de la CIA.

D’après cette même source officielle de l’ONU, on ne sait pas s’il existe un précédent pour sceller les archives de l’UNMOVIC pour 30 ou 60 ans.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !