Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Iran, Syrie : la mise en garde du général Bouchard, ancien commandant de l’OTAN

La rédaction
visites
2655
commentaires

15 août 2012 (Nouvelle Solidarité) — Le 13 août, dans une interview avec le quotidien israélien Haaretz, Charles Bouchard, ancien général du Commandement aérien des Forces canadiennes et ex-commandant des opérations de l’OTAN en Libye, a sommé Israël de ne pas se précipiter dans des frappes militaires contre l’Iran. S’engager dans une telle attaque sans soutien international serait totalement « illogique et irresponsable ».

D’ailleurs, « ni l’OTAN, ni le Conseil de sécurité, n’accepteraient, dans un proche avenir, une guerre contre l’Iran » a-t-il précisé. Bouchard estime que l’armée israélienne a bien conscience qu’une telle attaque ferait plonger toute la région dans le chaos. Éliminer 100% des installations nucléaires iraniennes avec une attaque éclair est quasiment impossible et n’a rien à voir avec la stratégie qui avait permis à l’époque de gagner la guerre de six jours.

Pour Bouchard, une action unilatérale israélienne n’aurait qu’un « effet boomerang » puisqu’elle ferait naître à terme un vaste élan de solidarité dans le monde musulman qui nuirait à Israël. Les prêcheurs d’un djihad global contre l’Occident pourraient représenter une telle attaque israélienne comme une conspiration judéo-chrétienne contre l’Islam.

Les remarques de Bouchard interviennent au moment où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le ministre de la Défense Ehud Barak, contre l’avis de la majorité de l’establishment militaire israélien, annoncent vouloir lancer l’attaque contre l’Iran, bien que 46% des Israéliens y restent fortement opposés.

Le leader de l’opposition, Shaul Mofaz, a déclaré pour sa part que le Premier ministre agite le spectre de la guerre pour tenter de faire oublier la crise économique. Le gouvernement doit notamment faire passer un plan d’austérité comprenant des hausses d’impôts et des réductions budgétaires, ce qui provoque la colère de nombreux Israéliens.

En ce qui concerne la Syrie, le général Bouchard estime la situation dans ce pays bien différente de celle de la Libye. Il souligne qu’un renversement du gouvernement de Bachar el-Assad aboutirait à un véritable chaos, étant donné la situation actuelle sévissant dans ce pays.

Le général canadien a également mis au défi le prochain président des Etats-Unis. Celui-ci devrait examiner au plus vite les cas exemplaires où la diplomatie a permis de retourner des situations de grande tension jugées sans espoir de solution, comme la visite de Richard Nixon en Chine en 1972 ou celle du président égyptien Anouar el-Sadate à Jérusalem en 1977. La solution est toujours le fruit de compromis acceptés par les deux cotés. La Russie qui a des bonnes relations avec l’Iran détient une des clés de la situation. Il faut donc que les esprits se calment et qu’Israël ne se laisse pas entraîner dans des aventures irresponsables.

Voir les 2 commentaires

  • Naullay • 15/08/2012 - 21:42

    Curieux que l’ex commandant des forces aériennes de l’Otan en Lybie, pour le massacre de 160 000 Lybiens, renverser Khadafi et l’assassiner, et installer des fanatiques au pouvoir, ait ce brusque "revirement de conscience".

    Il est plus probable que ce général connaisse les véritables rapports de force en Syrie et en Iran et il sait que la stratégie du bloc Atlantico-sioniste serait un "suicide" collectif. Il est probable aussi que Bouchard soit en cheville avec les huiles du Pentagone...et relaie un "message des E-U".
    D’où son avertissement clair et net aux plus enragés de la bande, Netanyahu et Barak : "On se calme".
    Lesquels se fichent comme de leur première chemise, de la survie de leur population civile, en cas de guerre avec l’Iran.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 15/08/2012 - 15:25

    La solution est toujours le fruit de compromis acceptés par les deux cotés. La Russie qui a des bonnes relations avec l’Iran détient une des clés de la situation. Il faut donc que les esprits se calment et qu’Israël ne se laisse pas entraîner dans des aventures irresponsables.

    C’est bien là le problème !
    La faction plus que droitière et jusqu’auboutiste dezélites israéliennes ne veut pas de compromis, puisqu’ils ont raison par principe..........
    Le peuple israélien ne veut pas de la guerre car c’est lui qui va souffrir.

    Aujourd’hui plus aucun gouvernement n’écoute le peuple dont il a la charge .................

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide