Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité

Iran, Syrie : pour le général Colin Powell, il faut éviter de faire de la Russie « un ennemi géostratégique »

La rédaction
visites
1314
commentaires

30 août 2012 (Nouvelle Solidarité) – Lors d’une interview le 26 août sur la chaîne CNN, l’ancien chef d’état major de l’armée américaine, le général Colin Powell a fait part de son opposition à des attaques militaires contre la Syrie ou l’Iran, et a déclaré que la Russie « ne deviendra pas un ennemi des Etats-Unis ».

Powell s’est ainsi associé aux nombreux dirigeants de l’armée américaine qui se sont opposés depuis plusieurs mois aux plans de guerre de Barack Obama et de ses parrains de Wall Street et de la City.

L’ancien chef militaire américain a prévenu des dangers d’une zone d’exclusion aérienne, « qui signifie que vous avez des sentinelles en permanence au-dessus de la zone pour s’assurer que personne ne vole. Vous avez besoin de radars pour les détecter... Mais si cela ne marche pas, que faîtes-vous ensuite ? Vous passez à un niveau supérieur ? Bien, nous allons mettre quelque contrôleurs aériens au sol. Et donc ma seule suggestion est que si vous pensez en termes militaires – utilisation des forces armées pour aider à faire tomber al-Assad – pensez-y bien et ne vous contentez pas de quelques slogans ». Powell a été encore plus critique vis-à-vis d’autres formes d’action militaire, ajoutant que la seule chose que des forces extérieures pourraient « peut-être » faire serait de fournir « une assistance limitée » au forces syriennes libres, à condition de savoir qui elles sont.

La clé de la solution en ce qui concerne le programme nucléaire iranien selon lui est de continuer les discussion avec l’Iran tout en maintenant les inspections les plus contraignantes de la part de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique).

« Je ne sais plus depuis combien d’années les gens me disent que les iraniens auront l’arme nucléaire l’année prochaine », a-t-il poursuivi, « et il ne l’ont toujours pas et nos équipes de renseignement ne sont pas sûres s’ils ont franchi cette ligne ». Et puis, même s’ils avaient l’arme nucléaire, l’action militaire ne s’ensuivrait pas nécessairement car « ils sont [les iraniens] très rationnels et veulent rester au pouvoir », a-t-il ajouté.

A propos de la Russie, Powell a dit très clairement que « son ami » Mitt Romney faisait fausse route en attaquant ce pays. « Elle ne deviendra plus jamais l’Union soviétique », se moquant du fait que les conseillers de Romney lui avaient fait croire que la Russie « est un ennemi géostratégique ». Ce n’est pas le cas, a-t-il dit, « La Fédération russe ne deviendra pas un ennemi des Etats-Unis dans le sens militaire du terme ni un ennemi dans le sens de ce l’on considère normalement être un ennemi ».

Voir les 4 commentaires

  • jojo • 30/08/2012 - 13:48

    le menteur éhonté Powell, quelle référence... et ami de Romney, on croit rêver, ou cauchemarder

    • Benoit Chalifoux • 30/08/2012 - 14:54

      Si vous regardez un peu sur internet, vous verrez que Powell n’est pas du tout un ami de Romney.
      C’était une remarque ironique de sa part.
      C’est pourquoi l’expression "mon ami" a été mise entre guillemets.
      D’autre part, la question n’est pas de savoir si Powell est un grand humaniste, mais de savoir qu’un général de haut rang américain (et en plus du même parti que Romney, un Républicain) a fait part, comme plusieurs autres, de son opposition à la guerre. Il ne faut pas toujours prendre les choses au premier degré.
      Quand des généraux français ou d’autres pays, même d’Israël, oui ! prennent position contre des guerres injustes, il est de notre devoir de le rapporter, car les français aussi ont le droit d’en être informés.

    Répondre à ce message

  • jojo • 30/08/2012 - 13:51

    D’ailleurs, il ne remet nullement en cause l’ingérence impérialiste de l’otan. Que les occidentaux et leurs leaders incompétents se mêlent de leurs affaires, point barre.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 30/08/2012 - 11:21

    Colin Powell est l’exemple même du militaire qui veut la paix parceque ce n’est pas un guerrier sanguinaire ....comme les politiques qui croient tout pouvoir faire sachant que ce n’est pas eux qui iront au casse-pipe !!!!!

    La Fédération russe ne deviendra pas un ennemi des Etats-Unis dans le sens militaire du terme ni un ennemi dans le sens de ce l’on considère normalement être un ennemi

    Il faudrait quand même qu’à un moment nozélites comprennent enfin que l’histoire ne s’est pas arrêtée au moment de leurs chères études .... et que le rideau de fer n’existe plus !!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide