Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

J’ai voulu destituer Bush et Cheney. Il faut destituer Obama

La rédaction
visites
1218

3 avril 2010 (Nouvelle Solidarité) — Emboîtant le pas à Lyndon LaRouche, David Lindorff, journaliste d’investigation reconnu pour avoir étroitement travaillé entre 2005 et 2006 avec John Conyers, président du comité judiciaire de la Chambre des représentants, et ce afin d’organiser la destitution de George Bush et Dick Cheney (initiative qui futenterrée par Nancy Pelosi), en appelle aujourd’hui à la destitution du président Obama. Il est le premier soutien-déçu à sortir de son silence.

Dans un article du 1er avril intitulé « A propos de la destitution d’Obama », repris sur de nombreux sites de gauche et affiliés au Parti démocrate, Lindorff rappelle qu’en 2005-2006, il avait écrit « A propos de la destitution » et avait montré que Cheney, Bush et d’autres membres de l’Administration devraient être « destitués pour crime de guerre » et pour crimes contre la constitution des États-Unis.

« Malheureusement, il est temps de dire, alors que seulement 14 mois se sont passés depuis la prise de fonction du nouveau Président, qu’en effet, ce Président et certains de ses subordonnés, sont également coupables de crimes passables de destitution, dont certains sont les mêmes que ceux commis par Bush et Cheney. »

Lindorff cite de nombreuses charges : escalade en Afghanistan, utilisation de mercenaires ayant perpétré des assassinats ciblés ; attaques multiples contre des civils ; incapacité à poursuivre ceux qui ont autorisé et se sont rendus coupables de torture ; utilisation d’escadrons de la mort en Irak ; et développement des écoutes illégales.

Un bon début, non ?

Contactez-nous !