Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

AccueilActualité

JP Morgan, Grèce, Espagne : le bateau coule

La rédaction
visites
1941
commentaires

22 mai 2012 (Nouvelle Solidarité) — Selon CNN et autres médias, les pertes de JP Morgan Chase seraient déjà de l’ordre de 6 à 8 milliards de dollars, et continuent à se creuser de jour en jour. Le patron de la banque avait estimé le 11 mai dernier à 2 milliards les pertes sur des paris s’élevant à quelque 100 milliards de dollars, mais refuse toujours de dire combien coûterait au final l’aventure insensée de la « baleine de Londres » et de ses supérieurs.

Bloomberg cite toutefois un financier pour qui les pertes de Morgan crèveraient les plafonds (ou perceraient les planchers, selon si on y met le signe négatif ou non) « si la situation virait à la catastrophe en Europe dans le court terme » et ce en raison de la structure même des paris faits par JP Morgan.

Or, il semble bien que la situation en Europe soit bien mal orientée, surtout si Obama et nos dirigeants européens persistent dans leur politique d’austérité et de renflouement bancaire à vannes ouvertes, privant encore plus l’économie réelle, sur les deux rives de l’Atlantique, des ressources nécessaires à sa convalescence.

Un 12e sommet de crise européen est en effet prévu pour demain, mais rien ne devrait sortir du bras de fer entre la France et l’Allemagne, c’est-à-dire entre les partisans des euro-obligations et ses opposants, sinon un compromis sur l’endroit où on placera la virgule dans le communiqué final.

Pendant ce temps la panique bancaire s’amplifie et les retraits d’argent des banques se poursuivent en Grèce et en Espagne, sous la forme de ce que le Financial Times appelle un bank run en « slow-motion » (une sorte de glissement de terrain au ralenti), avec le bout de la pellicule déjà en vue.

Ainsi, suite à la relance keynésienne post-2008 et l’austérité post-2010, il ne reste plus que l’hyperinflation (et le fascisme pas bien loin derrière) ou bien, comme Solidarité & Progrès l’a défendu depuis le tout début de la crise, une reconstruction de l’économie physique sur une base véritablement « rooseveltienne », c’est-à-dire un grand programme d’infrastructures et d’investissements scientifiques financé par le crédit productif public, mis en place suite à une commission d’enquête sur les banques et à un nouveau Glass-Steagall Act séparant les banques de dépôts des banques d’affaires.

Les prochaines élections législatives, tant en France qu’en Grèce, sont la dernière chance pour mobiliser les peuples européens pour une sortie par le haut.

Voir les 6 commentaires

  • gabbiano • 25/05/2012 - 16:42

    Si nos gouvernements laissaient la grèce sortir de l’euro, les grecs pourraient peut-être plus facilement se reprendre en main et tenter de ruraliser complètement leur pays par exemple avec des jardins et des animaux de la ferme un peu partout sans voiture, uniquement avec des vélos, des transports en commun et des trains non ?

    • Kirina • 26/05/2012 - 05:23

      ouaip !

      un peu comme Cuba, ou par le fait d’avoir un énorme embargo des USA, et la chute de leur principal fournisseurs : L’URSS,où les cubains devaient doubler leur immagination pour pouvoir se nourrir : résultat, La Havane ressemble à un Potager géant^^, et aucun Cubains meurt de faim.

      et ça serait une bonne chose, qu’on fasse la même chose en Grèce, voir en France^^.

      Qui n’a pas rêver de transformer les tours du quartier de la Defense, en tour végetal (ou moins cela servira à quelque chose, pour le peuple parisien).

    • gabbiano • 26/05/2012 - 17:40

      un jour j’ai dit à une représentante de l’écologie marseillaise "il faudrait ruraliser les villes " dans le sens que j’ai dit plus haut, elle m’a répondu "vous êtes trop extrème" aujourd’hui presque tous les partis sont sous la houlette de la haute finance dont les directeurs sont sans doute toujours les mêmes, sans parler des syndicats qui nous ont trahi depuis longtemps. Sionisme antisionisme, le font du problème est-il vraiment seulement là ?

    Répondre à ce message

  • lAFONTAINE • 23/05/2012 - 23:43

    Qu’est ce qui les empêchent d’instaurer le Glass-Steagall ?

    Et si nos dirigeants nationaux et européens étaient eux-mêmes impliqués dans la spéculation bancaire et tentaient de sauver leurs propres gains en espérant que le crash n’aura pas lieu et que nous, populations, continuerons à renflouer tant et plus ce système maudit ?

    Répondre à ce message

  • EDITH • 23/05/2012 - 11:35

    Que peut-on attendre d’un hollande qui se fait conseiller par un Rothschild et qui refuse de rencontrer Jacques Généreux economiste du front de gauche sous pretexte de protocole ? Les gens se suicident à la pelle ,en se jetant par les fenêtres car il n’y arrive plus et les petits actionnaires sont d’un fascisme deconcertant. Ils n’ont même jamais reflechi que leurs actions faisaient mourir de faim 1 milliards d’humain par an.Les cadres de BNP PARIBAS sont entrain de se servir sur les comptes de leurs clients et la banque Espagnole ,en faillite,fait appel à des banquiers de Goldman Sachs pour verifier ses comptes il lui en coutera 25 millions d’euros. Le manque de discernement m’a toujours stupéfaites ,mais là on atteint des sommets.Il va falloir le Glass steagall et le bretton woods en même temps sinon nous allons devenir anthropophage pour survivre à l’apocalypse financière et spirituelle !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 22/05/2012 - 22:09

    Le point de non-retour c’est maintenant !

    ... le 18 juin prochain le résultat du choix des peuples grecs et français sera crucial et s’il est bon pour les peuples, que feront nos gouvernements ???

    D’ici là, la banque JP Morgan a le temps d’exploser en mille milliards de morceaux ........

    Au Portugal, les manifestations continuent et rien n’y fait, à Montréal on lance la police montée sur les étudiants....

    ...Cela augure de ce qui risque de se passer si un Glass-Steagall act n’est pas mis en oeuvre en juin.

    La campagne de nos candidats sur ce sujet est donc très importante...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide