www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

James Galbraith : cessons de financer les incompétents !

La rédaction
1379 visites | 3 commentaires

Le 9 avril (LPAC)—Dans un entretien accordé au quotidien argentin, Pagina 12, l’économiste américain James Galbraith a noté que depuis une vingtaine d’années, économistes et professeurs des départements économiques des universités ont passé le plus clair de leur temps a expliquer qu’une crise systémique, du type de celle que nous vivons aujourd’hui, était tout bonnement impossible !

Les départements d’économie, a dit Galbraith, sont devenus des endroits confinés, où les économistes néolibéraux ne font que se parler entre eux, sans réaliser que leur influence est en déclin. « Ces gens sont convaincus qu’un jour le monde se rappellera d’eux comme de grands penseurs », a-t-il souligné, « mais ceci n’aura jamais lieu. »

Le moment est donc venu, suggère Galbraith, de commencer à poser les bonnes questions :

  1. « Pourquoi financer un département d’économie dont les théories ne permettent pas de concevoir une crise globale, telle que celle que nous sommes en train de vivre ? »
  2. « Quel est le but d’une institution de ce type, si ce qu’elle enseigne n’a rien à voir avec les problèmes auxquels on doit faire face ? »

Galbraith recommande que soient ramenées aux universités « les personnes qui connaissent quelque chose à ces problèmes et qui ont été exclues depuis longtemps, à l’échelle mondiale ».

Pour creuser le sujet :Focus

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 12 avril 2009 à 06:17
    par Senec

    C’est parce que ces gens préfèrent discuter de la théorie qu’ils sont devenus professeurs. De la même manière, certains médecins préfèrent la carrière académique par peur d’un contact direct médecin-patient ! Cependant, ils doivent tout de même se faire remarquer par des publications s’ils veulent qu’on leur alloue des subsides ! cqfd

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril 2009 à 12:48
    par talla

    Nous sommes a la veille d’une transfomation globale, Que les neoliberaux veullent ou pas ils seront oublier de suivre cette transfomation.Les neoliberaux passent plus de temps a faire comme les communistes. c’est a dire investir dans le militaire et les intruments de control des esprits au lieu de comprendre la transfomation et operer le changement pour eviter de sombrer comme l’union sovietique.Personne n’a peur d’une arme quand il a faim.La ou s’installe la pauvrete l’effondrement et la dislocation suivent.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril 2009 à 23:25
    par dra

    Galbraith veut que les gens compétents aient leur place dans la société !!! Quelle drôle d’idée !!! Aucun dirigeant n’en veut puisqu’il risquerait de perdre sa place. Autant vouloir un retour des gens honnêtes, consciencieux, altruistes et humanistes aux postes clefs !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet